Mercredi 17 octobre 2018

Gérard Deschamps - Beau comme une bouée

Par Philippe Piguet · L'ŒIL

Le 19 mars 2013 - 592 mots

Tandis que les uns ne changeront jamais pour un empire de fournisseurs, fidèles qu’ils sont à une marque ou à un boutiquier, et que les autres tiennent mordicus à fabriquer eux-mêmes leurs ingrédients, Gérard Deschamps préfère flâner dans les grandes surfaces à la recherche de la denrée rare.

Il faut l’avoir accompagné aux rayons des accessoires de plage, de loisirs et de jeux, avoir farfouillé avec lui au beau milieu des tas de bouées, de ballons, de seaux, de pelles et de cordes à sauter, avoir déniché ailleurs un tablier de toile cirée au motif de Félix le chat, sur fond de carreaux rouges et blancs, pour mesurer pleinement le sens de sa démarche. Le monde est merveilleux. Il abonde en objets de couleurs vivifiantes et en matières sensuelles. Quel besoin d’aller donc s’inventer ce qui est à portée de la main ?

Quelque chose d’une volupté
Né à Lyon en 1937, Gérard Deschamps est autodidacte. S’il a très tôt abandonné la peinture – qu’il trouvait par trop contraignante – pour la pratique du collage, c’est qu’il prenait davantage de plaisir à en constituer de toutes sortes avec les photos d’objets du catalogue culte de Manufrance. Une vraie mine d’or. Un vrai bonheur. Alors, pourquoi se compliquer la vie quand tout vous est tendu et qu’il n’est plus question que de choisir ? Choisir. Sélectionner. Retenir. Puis assembler. Combiner. Orchestrer. Telles sont les modalités actives de l’art de Deschamps. Si cela ne va pas sans quelques coups de griffe, de blague, voire de provocation, c’est aussi que l’artiste sait parfaitement ce qu’il veut produire comme œuvre et comme effet.

L’air de rien, avec une sorte de bonhomie réjouie qui le préserve de toute atteinte extérieure, Gérard Deschamps reste et demeure, à son corps défendant, l’un des piliers du Nouveau Réalisme. S’il a participé à l’aventure, il s’en est tenu rapidement à l’écart, se méfiant d’un milieu de l’art trop prompt à toutes les combines pour y faire bonne figure.

Fou de tissus et de plissages, de barrettes et de panoplies, de plastique fluo et de voiles de surf, de skates et de tout ce qui se gonfle, il a constitué une œuvre singulière qui le dispute à tous les ready-made duchampiens. Une œuvre pétillante, drolatique, ironique, décapante, qui ne se prend pas la tête, mais qui éclate de vie, de couleurs et d’esprit. Quelque chose d’une joie pure, d’un luxe, d’un calme et d’une volupté émane de son art comme en dialogue complice avec Matisse quand celui-ci réduisait tout à de simples aplats colorés.

La question du beau, qui fait si souvent l’objet d’interrogations, de débats et de polémiques en tous genres, semble avoir trouvé avec Gérard Deschamps une réponse directe et imparable. Face à ses « pneumostructures » par exemple – savantes et festives combinaisons d’ustensiles de plage –, il est impossible de rester amorphe. De ne pas se sentir concerné. De ne pas éprouver quelque chose d’un souvenir d’enfance enfoui.

Comme il en est face aux œuvres de Miró. Une même fraîcheur, une même volonté de semblant d’innocence, un même ressenti de gourmandise esthétique. On dit volontiers : « C’est beau comme un camion. » Et pourquoi pas « comme une bouée » ?

« Gérard Deschamps & Raymond Hains », Musée de l’hospice Saint-Roch, Issoudun (36), jusqu’au 29 décembre 2013, www.issoudun.fr

Biographie

1937 Naissance à Lyon.

1957 Départ pour la guerre d’Algérie.

1961 Rencontre Hains et Villeglé. Intègre le groupe du Nouveau Réalisme.

2006 « Pneumostructures » au Musée des beaux-arts d’Orléans.

2013 Il vit e travaille à La Châtre (36).

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°656 du 1 avril 2013, avec le titre suivant : Gérard Deschamps - Beau comme une bouée

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque