Fiac 08 : réviser ses « classiques »

Par Bénédicte Ramade · L'ŒIL

Le 25 septembre 2008

Certaines galeries sont devenues des classiques des foires d’art contemporain, entranant dans leur course à la reconnaissance des artistes devenus incontournables, dont trop peu de Français.

Parmi les cent cinq galeries déployées dans l’écrasante nef du Grand Palais, nombre d’entre elles sont devenues des « classiques », des incontournables du genre, souvent enclines à présenter leurs valeurs sûres. Et dix-neuf d’entre elles font ou refont apparition pour cette 35e édition.
La Portugaise Filomena Soares qui représente Vasco Araujo, Tracey Moffats ou Günther Förg rejoint ainsi Christian Nagel. Partagé entre Cologne et Berlin, ce dernier est habitué à travailler avec une quarantaine d’artistes parmi lesquels Mark Dion, Sterling Ruby, Kai Althoff et Heimo Zobernig. On connaît peu, à Paris, l’équipe de Patrick Painter, installée dans trois lieux à Los Angeles. Pourtant, il ne représente pas seulement les artistes de la Côte Ouest que sont Mike Kelley, Peter Saul et Jim Shaw, puisqu’on repère dans son « cheptel » les Français Philippe Pasqua et Bernard Frize.
Parmi les revenants, la très branchée Sadie Coles de Londres et Renos Xippas. Sur un stand de taille moyenne en mezzanine, il réserve des œuvres imposantes, depuis une installation de Vik Muniz jusqu’à une toile hirsute et colorée de l’Allemande Janaina Tschape, seule entorse à une présentation centrée sur le blanc.

Une bipolarité jusqu’aux cimaises
La très britannique Lisson « colle » parfaitement au ton de la Fiac elle-même : aux côtés des historiques Dan Graham et Art & Language, on trouve les œuvres de la jeune quadra Ceal Floyer et de Jonathan Monk. La première bénéficia d’une monographie au domaine de Kerguéhennec alors que le second a frappé deux fois cet été, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris et au Palais de Tokyo. Le choix n’est donc pas innocent pour cette galerie qui s’est fait une réputation en art minimal et conceptuel depuis son ouverture en 1967, a porté la sculpture anglaise des années 1980 mais a également su prendre le train des années 2000 en représentant le duo gagnant Allora et Calzadilla.
C’est un parcours semblable qu’affiche l’Italien Tucci Russo, installé à Torre Pelice dans une ancienne usine, à moins d’une heure de Turin. L’Arte Povera n’a bien évidemment pas échappé à cet homme qui a commencé son activité en 1966 dans la capitale du Piémont. Mais il a également porté des artistes internationaux que l’on retrouve sur son stand de la Fiac : Daniel Buren, Tony Cragg, Jan Vercruysse. Leurs œuvres voisinent avec celles de Giulio Paolini et Giuseppe Penone. L’exposition est classée par decennie, 1970 et 1980, mais fait aussi une incursion vers la jeunesse avec Francesco Gennari, Robin Rhode, Conrad Shawcross et Gianni Caravaggio. L’an dernier, la commission du Fnac (Fonds national d’art contemporain) avait été sensible aux sculptures immaculées et géométriques de cet artiste au nom illustre.
Des patronymes célèbres, on en croise beaucoup sous les voûtes de verre du Grand Palais comme chez l’Autrichien Thaddaeus Ropac. Comme beaucoup de ses confrères, il ne dévoile pas à l’avance tous ses choix, se réservant des bottes secrètes, mais on sait déjà que les toiles imposantes de Georg Baselitz comme celles des époux Kabakov devraient dialoguer avec les volumes de Tony Cragg et Anthony Gormley.
Il n’y aura pas beaucoup de Français chez Yvon Lambert, bien décidé lui-aussi à affirmer sa stature internationale. Avec une galerie à New York et une autre récemment ouverte à Londres, la maison mère parisienne acquiert en effet une aura puissante qu’il convient d’illustrer sur ses cimaises. Jenny Holzer, Bertrand Lavier, Niele Toroni, Tom Wesselman font partie de l’Histoire et jouent les parrains de luxe pour des artistes plus jeunes mais non moins lourds sur le marché, comme Shilpa Gupta, Cerith Wyn Evans ou Francesco Vezzoli.
Les panachés maison restent légion et on compte cette année bien peu de monographies, certainement trop risquées. La galerie Hopkins-Custot de la rue Matignon, plus habituée à vendre des Calder, Karel Appel ou Michelangelo Pistoletto, voire des impressionnistes et post-impressionnistes, frappe fort cette année avec un stand consacré aux œuvres du Britannique Marc Quinn. En dialogue avec une vingtaine de ses pièces récentes, le jeune quadragénaire « s’offre » pour partenaires de luxe Brueghel, Picasso, Giacometti, ainsi que des antiquités indiennes et égyptiennes. Il va falloir déployer bien du talent pour tenir la dragée haute à de tels « compagnons ». La confrontation promet en tout cas d’être déroutante. Parmi les rares monographies aussi annoncées, on croise des superstars. Christopher Wool chez Luhring Augustine, les frères Chapman chez White Cube et encore Rodney Graham à la galerie Donald Young, alors même qu’il est invité dans le programme des performances le samedi 25 octobre 2008 à l’auditorium du Louvre pour un concert, accompagné de son groupe.

Les artistes français toujours à la traîne
Le goût prédominant pour l’assortiment n’exclut pas pour autant quelques stands hauts en couleur. Les Hauser & Wirth de Zurich et Londres font venir une Ford Scorpio accidentée de Christoph Büchel (Suicide Car, 2005) récemment exposée au Palais de Tokyo, et une Big Girl (2008) de l’Angelino Richard Jackson. Chez le Milanais Massimo de Carlo, on sait qu’une exposition Armleder vient de s’achever à Paris au Centre culturel suisse. Même décriée, il est toujours bon de suivre l’actualité. Il présente donc une peinture de coulures pailletées à un petit 80 000 euros. De même, on retrouve les provocants Autrichiens de Gelitin chez Emmanuel Perrotin après la prise d’otages de l’ARC au printemps à Paris.
Mais toutes les galeries ne goûtent pas forcément le pied de nez. Les Américains de Sperone-Westwater jouent le grand standing en affichant un Richard Long (un écho à l’exposition niçoise du Mamac ? Lire p. 98), une installation vidéo de Bruce Nauman, une splendide carte tissée d’Alighiero e Boetti complétée par une œuvre de Tom Sachs. Du très haut niveau mais les collectionneurs français suivront-ils ? C’est là toute la question.
Daniel Templon mise de son côté sur une œuvre tardive d’Arman, des pièces de Joel Shapiro(p.27), Jim Dine ou Robert Longo entre autres. International, tel est le grand mantra.
Du coup, des stands plus français, comme celui de la galerie Jean Fournier, paraissent presque exotiques ! Autour d’un Simon Hantaï (décédé en septembre) au bleu hypnotique, on retrouve Pierre Buraglio, Michel Parmentier, Stéphane Bordarier et une Américaine, Joan Mitchell. Les artistes français ne semblent donc pas forcément « bankable » au niveau international, ce n’est pas une surprise mais on peut être lassé de la durabilité du phénomène.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°606 du 1 octobre 2008, avec le titre suivant : Fiac 08 : réviser ses « classiques »

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque