Samedi 15 décembre 2018

DFOTO, San Sebastian s’adonne à l’image

L'ŒIL

Le 1 juin 2004 - 447 mots

Pour sa première édition, la foire de photographie contemporaine de San Sebastian offre un ensemble convaincant et réunit une quarantaine de galeries européennes.

Connue pour son festival de cinéma depuis une quarantaine d’années, la ville de San Sebastian le sera désormais également pour DFOTO, sa foire consacrée à la photographie contemporaine et à la vidéo dont la première édition, très fréquentée, s’est tenue du 14 au 18 avril derniers au Kursaal, palais des congrès de la ville construit par l’architecte espagnol Rafael Moneo (Pritzker Prize 1996). Cette foire, dont le maître d’œuvre est la Fundación Coff – Fundación Centro Ordoñez-Falcón, du nom du collectionneur Enrique Ordoñez et de son épouse Isabel Falcón à l’origine de l’événement – se veut préparatoire à la création et à l’ouverture, vers 2007, du futur centre d’art contemporain de San Sebastian qui s’étendra sur quelque 32 000 m2 dans une actuelle friche industrielle (ancienne fabrique de tabac) sise entre l’embouchure du fleuve Rio Urumea et l’un des plus grands parcs de la ville. L’ambition déclarée est de faire pendant, dans le domaine de l’image, au prestigieux Guggenheim-Bilbao. Le futur centre devrait accueillir, outre la prestigieuse collection Ordoñez-Falcón (assemblée en près de vingt ans et riche de plus de 1 500 œuvres s’échelonnant des années 1840 jusqu’aux pièces les plus contemporaines), des dépôts du Macba de Barcelone et de l’Ivam de Valence. Outre les expositions temporaires et les présentations par rotation des fonds en dépôt, le centre accueillera un département de restauration de photographie et un espace dévolu aux séminaires et congrès.
La première édition de DFOTO, convaincante dans l’ensemble, réunissait une quarantaine d’exposants européens (des galeries américaines sont annoncées pour l’édition de 2005) et proposait un bon échantillon d’artistes représentatifs de la création contemporaine : Thomas Ruff (chez Estrany de la Mota, Barcelone), Esko Männikkö, Marina Abramovic (Cent8-Serge Le Borgne), Jean-Luc Moulène et son travail sur les produits (Chantal Crousel), Valérie Belin, Stephen Dean, Philippe Ramette (Xippas), Joan Fontcuberta (Forum-Chantal Grande, Tarragone et Filomena Soares, Lisbonne), Pierre Huyghe, Dan Graham (Marian Goodman). On trouvait aussi André Kertesz et Joel-Peter Witkin (Baudoin Lebon), Cristina García Rodero, Antonie d’Agata, Gao Bo, Isabel Muñoz, Manit Sriwanichpoom (dans l’accrochage varié et de grande qualité de la galerie Vu’), John Coplans (Visor, Valence), Pierre Gonnord, Cindy Sherman, Carmela García et Alberto García-Alix (Juana de Aizpuru) et le trop méconnu en France Gabriel Cuallado actif en Espagne dans les années 1950-1960 (Chantal Grande). Une galerie de Pamplune, Moisés Pérez de Albéniz proposait une sélection particulièrement cohérente et réussie de photographies et de vidéos d’artistes basques comme Txomin Badiola, Txuspo Poyo, Jon Mikel Euba, qui dialoguaient heureusement avec des vidéos et des œuvres de Bill Viola et Dennis Adams.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°559 du 1 juin 2004, avec le titre suivant : DFOTO, San Sebastian s’adonne à l’image

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque