Samedi 5 décembre 2020

Dernière heure (31.05-13.06.2002)

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 31 mai 2002 - 361 mots

Le cabinet du ministre
PARIS. Jean-Jacques Aillagon, le ministre de la Culture et de la Communication, vient de faire connaître la composition (presque complète) de son cabinet placé sous la direction de Guillaume Cerutti. En voici les principaux membres. Emmanuel Fessy, ancien directeur de la rédaction du Journal des Arts et, depuis avril 2001, directeur des éditions du Centre Pompidou, sera responsable de la presse écrite, des arts plastiques et du marché de l’art. Les musées, le patrimoine et les métiers d’art ont été confiés à Anne Magnant, auparavant directrice de projet pour les métiers d’art au ministère de la Culture. Christophe Dalstein, ex-responsable de la mission des grands projets de renouvellement urbain à la Mairie de Paris, est chargé de l’architecture, de l’urbanisme et des projets immobiliers du ministère ; Éric Gross, ancien conseiller du président du Centre Pompidou, du livre, de la lecture, des archives, de la langue française et des langues de France ; Olivier Japiot des affaires juridiques, de la propriété littéraire et artistique ; Éric Garandeau de la fiscalité, des études et des industries culturelles ; Hélène Duchêne des affaires européennes et internationales ; Muriel Genthon de l’action territoriale, de la décentralisation, des pratiques culturelles et de l’éducation artistique et culturelle ; Anne Miller du budget et de la simplification des procédures, et Élodie Ziegler de la société de l’information, d’Internet et de la culture scientifique et technique.

Carré noir à l’Ermitage
SAINT-PÉTERSBOURG. Un Carré noir sur fond blanc de Malevitch, offert à l’État russe par un homme d’affaires qui l’avait acquis pour un million de dollars, fait partie désormais des collections de l’Ermitage. Ce Carré noir, le quatrième connu en Russie, avait été retiré le 13 avril dernier d’une vente aux enchères à Moscou par le ministère de la Culture qui avait fait valoir que cette toile appartenait “au patrimoine culturel de la Russie” et devait être directement vendue à un musée d’État. Le tableau a été acheté “à titre personnel” par l’homme d’affaires russe Vladimir Potanine, à la tête de l’un des plus puissants groupes industriels du pays, Interros, et remis au Fonds national russe des musées pour être exposé au Musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°150 du 31 mai 2002, avec le titre suivant : Dernière heure (31.05-13.06.2002)

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque