Chris Smith au National Heritage

Le programme culturel du Labour

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 6 octobre 2009

À peine le gouvernement travailliste formé, le nouveau chef de la diplomatie britannique, Robin Cook, a annoncé le retour de son pays au sein de l’Unesco – l’organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture – après douze ans d’absence. La nomination du nouveau secrétaire d’État au National Heritage, Chris Smith, a été bien accueillie par le monde de l’art, qui s’inquiète néanmoins des projets de réforme de la Loterie nationale annoncés par le Labour.

LONDRES (de notre correspondant). "La Loterie nationale appartient à tout le monde. Il est temps de repenser quelques-unes de ses priorités", déclarait Tony Blair une semaine avant les élections britanniques. Certains observateurs ont interprété cette intervention comme une manœuvre en vue de rallier les suffrages des électeurs qui estiment que l’argent de la Loterie est trop souvent destiné à des projets élitistes, mais cette petite phrase annonçait en réalité un projet d’une tout autre envergure. Après avoir rappelé le succès de la Loterie nationale, dont cinq "bonnes causes" (arts, patrimoine, solidarité, sport et commission du Millénaire) ont bénéficié au-delà de toutes les espérances, le nouveau Premier ministre britannique souhaite que l’éducation et la santé en profitent à leur tour. Des fonds pourraient également être attribués au National Endowment for Science and the Arts (Nesta), la fondation que souhaite créer Tony Blair pour encourager les jeunes talents. Les répercussions financières de cette réforme inquiètent naturellement le monde des arts et du patrimoine, qui s’est ému à travers les protestations des responsables de l’Heritage Lottery Fund, de la National Campaign for the Arts et du National Art Collections Fund. Tony Blair a en effet chiffré le montant total des subventions à destination de la santé et de l’éducation à un milliard de livres (9,4 milliards de francs) sur cinq ans, ce qui signifie que chacune des cinq "bonnes causes" recevra 40 millions de livres (376 millions de francs) de moins par an. Dotées actuellement d’environ 300 millions de livres (2,8 milliards de francs) de subventions annuelles chacune, la réduction sera donc de l’ordre de 13 %.

Gratuité d’accès
Successeur de Virginia Bottomley au secrétariat d’État au National Heritage, Chris Smith a également proposé d’apporter des modifications à la gestion de la Loterie. Elle serait scindée en deux entités, la première étant chargée de nommer l’opérateur (actuellement le groupe Camelot) et la seconde de le contrôler. Les profits dégagés par Camelot – 51 millions de livres (480 millions de francs) en 1996 – ont en effet le don d’agacer le nouveau gouvernement. À l’expiration de sa concession de sept ans, en 2001, Camelot devrait céder la place à un organisme à but non lucratif, ce qui permettrait de distribuer l’équivalent de 95 millions de francs supplémentaires à chacune des "bonnes causes". Autre dossier épineux à résoudre, la question de la gratuité d’accès aux musées. Lors de la campagne électorale, les travaillistes avaient promis que l’argent de la Loterie servirait à encourager le libre accès aux collections nationales. Ces nouveaux critères d’attribution risquent par exemple de gêner le Victoria & Albert Mu­seum, dont l’entrée est payante depuis le mois d’octobre et qui attend de la Loterie une centaine de millions de livres pour financer ses projets de rénovation. Les National Museums de Merseyside, à Liverpool, pourraient être pénalisés pour les mêmes raisons puisqu’ils seront payants à partir du 1er juillet. Enfin, une décision devrait être rapidement prise au sujet du nouveau statut qui sera octroyé à une trentaine de musées britanniques "d’importance exceptionnelle" (lire le JdA n° 29, octobre 1996).

Les ministres du secteur culturel
Chris Smith, 45 ans, secrétaire d’État au National Heritage. Responsabilités : politique culturelle, contrôle et direction de la Loterie nationale, télévision et audiovisuel (à l’exception du cinéma), célébration du millénaire (Millennium Commission)…
Tom Clarke, 56 ans, ministre du Cinéma et du Tourisme. Responsabilités : cinéma, tourisme, Historic Royal Palaces Agency, Royal Parks Agency…
Mark Fisher, 52 ans, sous-secrétaire d’État chargé des Arts. Responsabilités : arts, musées, bibliothèques, Government Art Collection, technologies de l’information …
Tony Banks, 54 ans, sous-secrétaire d’État chargé du Sport. Responsabilités : sport, patrimoine monumental et urbain, architecture et design…

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°39 du 30 mai 1997, avec le titre suivant : Chris Smith au National Heritage

Tous les articles dans Actualités

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque