Vendredi 19 octobre 2018

Une victime du faussaire Beltracchi est dédommagée à hauteur de 3,85 millions d’euros

Par Isabelle Spicer (Correspondante à Berlin) · lejournaldesarts.fr

Le 13 décembre 2012 - 410 mots

BERLIN (ALLEMAGNE) [13.12.12] - Premiers dédommagements dans l’affaire du réseau de faussaires Beltracchi provenant de la vente d’une hypothèque sur le patrimoine immobilier du faussaire. Un accord a également été trouvé avec la maison de ventes Lempertz qui avait réalisé la vente du faux Campendonk incriminé.

Le feuilleton Beltracchi, plus grand faussaire de l’après-guerre, se poursuit. Le 28 septembre dernier, la maison de ventes Lempertz avait été condamnée à rembourser l’intégralité de la somme de la vente d’un faux Campendonk. Le Tableau rouge avec cheval avait été vendu en 2006 à la société maltaise Trasteco pour la somme record de 2,9 millions d’euros.

La presse allemande avait qualifié de spectaculaire cette décision de justice, qui faisait porter entièrement la charge de la fraude sur l’intermédiaire, arguant que la maison de ventes n’avait pas opéré les contrôles nécessaires. Lempertz, qui estimait avoir été victime du faussaire aussi bien que les rédacteurs de catalogue et experts, avait décidé de faire appel.

Un accord à l’amiable a cependant été trouvé entre Trasteco et Lempertz, et clôt ainsi la procédure d’appel. En parallèle à la procédure contre Lempertz, Trasteco avait en effet obtenu une hypothèque sur des propriétés de Beltracchi en Allemagne et en France, selon l’avocate Friederike von Brühl, représentant la société Trasteco. Il s’agit d’une procédure longue et complexe, mais la société maltaise a trouvé il y a quelques semaines un acquéreur pour l’hypothèque de la propriété du faussaire à Fribourg. La vente de cette hypothèque a rapporté 2,35 millions d’euros à Trasteco. C’est la première fois qu’une des victimes de Beltracchi, qui purge par ailleurs une peine de prison de six ans, obtient réparation financière en cédant ses créances sur les actifs du faussaire.

Suite à cette vente, un accord à l’amiable a été conclu la semaine dernière entre Trasteco et Lempertz, et entériné par le Oberlandesgericht (Cour d’appel) de Cologne. Il prévoit que la maison de ventes Lempertz ne devra pas rembourser la somme déjà perçue par Trasteco grâce à la vente de l’hypothèque. Resteront cependant à sa charge le montant de la commission perçue lors de la vente, soit environ 800 000 euros, déjà remboursé en 2011, ainsi que les intérêts et frais de justice pour un montant d’environ 700 000 euros, soit un total de 1,5 million d’euros.

Pour Trasteco, qui a donc perçu un dédommagement total d’environ 3,85 millions d’euros, l’affaire est bouclée. La découverte du faux Campendonk avait été à l’origine du démantèlement du réseau Beltracchi.

Légende photo

Ce faux, présenté comme peint par Heinrich Campendonk en 1914 sous le titre Tableau rouge avec chevaux, est la toile qui a entraîné la perte des Beltracchi : vendue par Lempertz en 2006 pour 2,9 millions d'euros, une analyse physico-chimique a ensuite révélé dans sa composition l'utilisation d'un pigment inexistant en 1914...

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque