Vendredi 22 novembre 2019

Un vol présumé de 80 antiquités au Musée de Macédoine

Par Alexandra Houël · lejournaldesarts.fr

Le 19 novembre 2013 - 371 mots

SKOPJE (ARYM) [19.11.13] – Le Musée de Macédoine à Skopje déplore la disparition d’au moins 80 antiquités, parmi lesquelles de nombreux bijoux en or datant de la période hellénique. Si l’hypothèse du vol est privilégiée, les conditions dans lesquelles il a pu se dérouler restent inconnues.

Une enquête policière a été ouverte après que deux conservateurs du Musée de Macédoine à Skopje ont mis à jour la disparition de nombreuses antiquités de grande valeur, a rapporté Balkan Insight le 14 novembre 2013. Entreposées dans les réserves du musée, elles devaient faire l’objet d’un inventaire dans le cadre du déplacement des collections vers un autre bâtiment.

L’investigation a révélé qu’au moins 80 pièces d’antiquités au total ont disparu des réserves du musée. Parmi elles, on compte de nombreux bijoux en or qui datent de la période hellénique (entre 355 et 320 avant J.-C.). La plupart de ces objets avaient été découverts lors de fouilles réalisées entre 2009 et 2010.

Si l’hypothèse du vol est privilégiée, aucune arrestation n’aurait été réalisée pour l’instant, l’enquête n’ayant pu démontrer si les disparitions sont intervenues récemment et en un coup ou bien si les objets ont été emportés un à un sur une longue période.

Alors que le musée a indiqué à la presse qu’il était équipé de dispositifs de sécurité tels que des caméras, Plus Info rapporte que l’entrée des réserves n’était cependant pas couverte par la vidéo surveillance.

Ces disparitions ont été révélées sur un fond de scandale qui a entaché le monde de l’archéologie dans le pays au cours de l’été 2013. Pasko Kuzman, le directeur de l’office de protection du patrimoine culturel et archéologue en chef des chantiers de fouille du pays, avait été arrêté au mois de juillet pour sa collusion présumée avec des trafiquants d’antiquités. Le directeur, avec d’autres archéologues, ainsi que des employés du ministère de la Culture étaient plus particulièrement accusés d’aider des trafiquants sur des chantiers de fouilles illégales à déterminer les prix des objets excavés, et de leur trouver des acheteurs à l’étranger.

En 2010, la police avait démantelé également un réseau de trafic d’œuvres d’art d’une cinquantaine de personnes, parmi lesquelles des personnalités reconnues du monde de l’art, ainsi que des élus et personnalités politiques.

Légende photo

Musée archéologique de Skopje située dans l'Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM) - © Photo Marcin Szala - 2012 - Licence CC BY-SA 3.0

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque