Un Festival de l'histoire de l'art perturbé par la crue et les grèves

Par Margot Boutges · lejournaldesarts.fr

Le 6 juin 2016

FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) [06.06.16] - Les intempéries et les grèves ont rendu difficile l'accès en transport en commun au Festival de l'histoire de l'art de Fontainebleau. Ce dernier enregistre une baisse de fréquentation en dépit d'une programmation très attractive.

En 2015, le festival de l'histoire de l'art de Fontainebleau avait souffert d'une météo capricieuse et de travaux sur les lignes de transports en commun qui avaient pu décourager les parisiens -visiteurs privilégiés de cette manifestation- dans leur venue au château bellifontain.

Cette sixième édition - qui s'est tenue du vendredi 3 au dimanche 5 juin - a battu des records de perturbation. Les trains de la ligne R, qui vont de gare de Lyon à Fontainebleau, ont été extrêmement peu nombreux à circuler à cause des inondations qui ont condamné une partie du réseau. La ligne D du RER, qui va de la gare de Lyon à Melun, fonctionnait quant à elle au ralenti en raison des grèves, tout comme les bus reliant Melun à Fontainebleau. Un grand nombre de personnes ont ainsi renoncé à se rendre sur place (ou ont mis plusieurs heures à faire le trajet) de sorte que les allées du festival s'en sont trouvées très clairsemées. Plusieurs intervenants -devant participer à des conférences, débats, ateliers...- ont même annulé leur venue.

Le festival accuse ainsi une baisse de fréquentation, enregistrant 27 000 passages dans les différents espaces du festival contre 32 000 l'année précédente. « Mais la chute semble légère au vu des conditions difficiles. Le festival a ses fidèles, qui sont venus contre vents et marée, notamment le dimanche où les gens se sont davantage tournés vers le covoiturage », commente Annick Lemoine, directrice scientifique de la manifestation. Sans oublier le public bellifontain qui semble de plus en plus nombreux à venir », précise-telle.

La programmation particulièrement attractive autour du thème du rire, aurait sans doute remporté un très large public sans ces circonstances particulières.

L'heure est au bilan et aux réflexions pour l'édition du festival de 2017 (qui aura pour thème la nature et pour pays invité les Etats-Unis) : « Il faudra communiquer davantage sur toutes les possibilités de transport, ce que nous n'avons peut-être pas encore suffisamment fait sur notre site et les réseaux sociaux », explique Annick Lemoine. « Et proposer plus de transports alternatifs pour les intervenants en cas de coup dur ».

Légende photo

Débat dans la chapelle du château de Fontainebleau dans le cadre du festival de l'histoire de l'art, le 4 juin 2016 - Photo Margot Boutges pour Le Journal des Arts

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque