Venise : fin de cohabitation

L’Académie déménage, les Galeries s’agrandissent

Le Journal des Arts

Le 2 juillet 1999

Depuis 1807, deux institutions cohabitaient dans le couvent de la Charité, à Venise : l’Académie des beaux-arts et les Galeries. Dans moins de deux ans, l’Académie s’installera dans l’ancien hôpital des Incurables, dont la restauration devrait débuter ce mois-ci, et son départ permettra aux Galeries de l’Académie de gagner 4 000 m².

VENISE (de notre correspondante) - L’opération “Grandes Galeries” a franchi un pas décisif. Le 20 mai, le pool d’entreprises vénitiennes Sacaim, Vettore Costruzioni et Barbato srl a remporté le concours pour la restauration de l’ancien hôpital des Incurables, où sera transférée l’Académie des beaux-arts. Son départ libérera le premier étage du couvent de la Charité, offrant 4 000 m2 supplémentaires aux Galeries de l’Académie.

Ainsi s’achève cette cohabitation, unique en Italie. Les deux institutions avaient été fondées dans le couvent de la Charité, le 12 février 1807, par décret d’Eugène Napoléon. Il s’agissait alors, pour les étudiants de l’Académie, d’apprendre l’exercice des arts en fréquentant les Galeries où étaient exposés les maîtres. Mais cette vie commune n’avait plus de sens de nos jours : l’Académie était contrainte de chercher de nouveaux locaux pour ses cours, tandis que les Galeries ne pouvaient exposer une grande partie de leurs collections ni améliorer leurs services. L’hôpital des Incurables, construit au début du XVIe siècle, donne sur le canal de la Giudecca. Il n’est qu’à quelques centaines de mètres du couvent de la Charité. Ses 8 000 m2 permettront non seulement le déroulement des cours, mais aussi l’organisation d’expositions, la présentation de la collection de plâtres, et l’implantation d’un amphithéâtre et d’une salle de conférences.

Il aura fallu quarante ans pour vaincre la réticence de l’Académie à déménager, et celle encore plus forte du ministère de la Justice, propriétaire de l’immeuble, à libérer l’espace occupé par le Tribunal des Mineurs – celui-ci devrait bénéficier d’un nouveau siège plus moderne sur la terre ferme. En 1997, Walter Veltroni, alors vice-président du Conseil et ministre des Biens culturels, avait réuni autour d’une table les représentants des quatre ministères intéressés. Également déterminante, la contribution de Cesare Annibaldi, président du comité “Grandes Galeries”, et de l’architecte Antonio Foscari, nommé président de l’Académie par le ministre de l’Instruction publique en 1996 et membre de la commission qui a dirigé le projet de restauration des Incurables.

L’immeuble étant soumis à des servitudes, la réhabilitation des structures devra garantir à la fois la meilleure fonctionnalité pour sa nouvelle destination et la sécurité des installations. Les travaux pourraient commencer ce mois-ci, et 34 milliards de lires (environ 110 millions de francs), pris sur les fonds de la Loterie, sont déjà disponibles. La société Sacaim s’est pour sa part engagée à livrer le bâtiment dans 690 jours.

La réhabilitation des Galeries de l’Académie sera entreprise dès l’achèvement des travaux de l’ancien hôpital. Les 3 500 à 4 000 m2 supplémentaires devraient permettre d’exposer des œuvres des XVe et XVIe siècles conservées dans les réserves, de consacrer un espace à la mémoire du musée, de constituer une collection de plâtres, avec notamment ceux de Canova, de créer une section rassemblant les dessins de l’architecte Carlo Scarpa, et d’y installer un laboratoire de restauration des grands tableaux. Les “Grandes Galeries” terminées, deux itinéraires seront proposés – long ou court –, et 500 visiteurs pourront y être accueillis en même temps, contre 300 actuellement.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°86 du 2 juillet 1999, avec le titre suivant : Venise : fin de cohabitation

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque