Vaison-la-Nouvelle

La ville va mieux mettre en valeur son patrimoine antique

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 26 septembre 2003

Les sites archéologiques de Puymin et La Villasse à Vaison-la-Romaine devraient bientôt faire l’objet de grands travaux de restauration et de mise en valeur. Menée dans le cadre du Plan Patrimoine Antique lancé en 1999 dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’opération vise à protéger les pavements, mosaïques et enduits peints à l’aide de structures couvrantes, et à redonner au théâtre antique sa splendeur passée.

VAISON-LA-ROMAINE - Comment valoriser un site archéologique antique et le rendre plus lisible tout en respectant son authenticité ? Faut-il le protéger avec une architecture moderne ou tenter d’imiter l’ancien, quitte à créer des confusions ? Éternelles questions auxquelles a tenté de répondre l’équipe chargée de la réhabilitation des sites archéologiques de Puymin et La Villasse à Vaison-la-Romaine. Classée au titre des monuments historiques depuis 1942, la zone comporte des vestiges de grande importance, tels la maison à l’Apollon Laurée, domus de 2 000 m2 qui n’a pu être entièrement dégagé en raison des constructions modernes, la villa du Paon, la maison du Buste d’argent (5 000 m2), le sanctuaire à portique (grand jardin entouré de galeries à vocation religieuse), le nymphée (deux bassins étagés qui recevaient l’eau d’une fontaine monumentale aujourd’hui disparue) ou l’immense théâtre… un patrimoine sans commune mesure avec les capacités financières de la ville. Lancé en 1999 dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (lire le JdA n° 172, 30 mai 2003), le Plan Patrimoine Antique – qui fait passer la participation des villes à 5 % du montant HT des travaux au lieu des 25 à 50 % habituels – va permettre à la municipalité de lancer une opération globale et cohérente de valorisation du site. Échelonnée sur cinq ans, l’entreprise devrait coûter 4,5 millions d’euros.

"Repenser notre approche du patrimoine"
Pour protéger les pavements, mosaïques et enduits peints, Didier Repellin, architecte en chef des Monuments historiques, a imaginé une toiture contemporaine sobre. La structure, prévue en acier galvanisé (pour reprendre la teinte de la pierre) et constituée de poteaux fins recueillant les eaux de pluie, adopte la configuration du terrain et ses lignes horizontales. Au total, dix-sept toits de ce type sont prévus. Après leur installation, les peintures murales et mosaïques pourront enfin être restaurées. “Les mosaïques n’ont pas été créées pour être vues de haut mais recouvraient le sol à l’entrée des maisons. Peut-être, à long terme, un système permettant de marcher sur certaines mosaïques sera trouvé, explique Didier Repellin. Il faut repenser notre approche du patrimoine. Une position artificielle rend le patrimoine artificiel.” Autre restauration d’envergure : celle du théâtre antique. Construit au Ier siècle, restauré au IIIe, puis abandonné au Ve, il a longtemps servi de carrière de pierres. Son gradinage est une reconstitution du début du XXe siècle. Le problème majeur concerne la vue depuis le haut des gradins : le spectateur y a pour horizon des axes de circulation routière, véritable pollution visuelle. L’idée principale est de construire un écran de fond, qui servira aussi de décor aux spectacles vivants. “Il faut restituer au théâtre son aspect de solidité, mais il faut aussi repenser tout le parcours qui mène des domus au théâtre. Le site entier doit retrouver sa cohérence.” Les opérations pourraient débuter en 2004. À plus long terme, la municipalité souhaite lancer d’autres travaux sur le site, notamment à la villa du Paon. Cette vaste habitation à cour centrale, située dans la limite orientale de la ville antique et composée d’une série de six pièces luxueuses pavées de mosaïques polychromes (soit plus de 200 m2 de décor), est actuellement fermée au public. Mais déjà il faudrait envisager une seconde campagne de travaux...

Sites archéologiques de Vaison-la-Romaine, tlj sauf mardi matin, 10h-12h et 14h-17h d’octobre à février, 10h-12h30 et 14h-18h de mars à mai, et 9h30-18h30 de juin à septembre, renseignements au service du patrimoine de la Ville, tél. 04 90 36 50 05, ou sur www.vaison-la-romaine.com.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°177 du 26 septembre 2003, avec le titre suivant : Vaison-la-Nouvelle

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque