Dimanche 25 février 2018

Une troisième pinacothèque pour Munich

La Pinakothek der Moderne ouvrira en l’an 2000

Le Journal des Arts

Le 7 décembre 2009

Le coût élevé du projet – l’équivalent de 680 millions de francs – et la récession économique ont entraîné de multiples retards dans la construction de la future Pinakothek der Moderne de Munich (Pinacothèque d’art moderne), conçue par l’architecte munichois Stephan Braunfels. Finalement, les travaux de terrassement devraient commencer au mois de septembre, et le bâtiment pourrait être inauguré en l’an 2000.

MUNICH - La construction de la première tranche de la Pinakothek der Moderne sur un terrain situé en face de l’Alte Pinakothek, à l’emplacement de l’ancienne caserne des Turcs, devrait coûter 200 millions de deutschemarks (680 millions de francs) au Land de Bavière et à la Ville de Munich.

Toutefois, "cette somme sera certainement dépassée", a confié Johann von Hohenzollern, directeur de la Pinakothek (Alte, Neue et Moderne), lors d’une récente conférence à l’auditorium du Louvre.
Afin d’aider à débloquer le projet, qui s’enlisait depuis quatre ans, une fondation a été créée pour mener une campagne de collecte de fonds. La presse s’est mobilisée pour la circonstance, et une série de concerts, spectacles, soirées-débats ont permis de réunir 20 millions de deutschemarks (68 millions de francs). "Grâce à ces dons, les autorités et les banques se sont enfin décidées à entreprendre la construction du musée, explique Johann von Hohenzollern, mais il est à craindre qu’il faille renoncer à certains équipements techniques en raison de la réduction du budget prévisionnel, qui était à l’origine de 250 millions de deutschemarks. Déjà, nous sollicitons l’aide de mécènes pour la climatisation et les systèmes d’alarme."

"Dans un futur incertain…"
Lauréat du concours international lancé en 1992 pour la construction de la Pinakothek der Moderne, Stephan Braunfels a conçu un édifice à double entrée – l’une, face aux deux autres pinacothèques, et l’autre, ouverte sur le centre ville – qui s’articule autour d’une grande rotonde, réminiscence de la coupole du panthéon romain reprise par Schinkel pour l’Altes Museum de Berlin. Le bâtiment, d’une superficie de 22 000 m2, abritera quatre collections actuellement dispersées dans Munich : la Staatsgalerie Moderner Kunst (Galerie d’art moderne, aujourd’hui dans la Haus der Kunst), la Neue Sammlung (une collection de 10 000 affiches, textiles, céramiques, meubles et ustensiles, dans l’aile ouest du Bayerisches Nationalmuseum), le Musée d’architecture de l’Université technique et, plus tard, la Staatliche Graphische Sammlung (Collection bavaroise d’art graphique, au 10, Meiserstraße).

La Staatsgalerie Moderner Kunst devait jusqu’à présent se contenter de 3 500 m2 dans l’aile ouest de la Haus der Kunst pour exposer sa riche collection, constituée depuis les années soixante-dix, qui rassemble des œuvres des peintres du Brücke, du Blaue Reiter, de l’Expressionnisme allemand, de l’Expressionnisme abstrait américain, du Minimal Art, ainsi que des toiles de Baselitz, Penck, Richter, Polke, Kieffer… Elle occupera 5 500 m2 au premier étage du bâtiment, l’art moderne et l’art contemporain se répartissant à parité un espace éclairé en lumière naturelle. De son côté, la Neue Sammlung sera installée au sous-sol, et le Musée d’architecture bénéficiera d’un éclairage latéral au rez-de-chaussée, comme les espaces d’expositions temporaires. Quant à la Staatliche Graphische Sammlung, elle devrait prendre place dans un bâtiment contigu, qui devrait être construit "dans un futur incertain…", au dire même de Stephan Braunfels.

Munich rivalise avec Berlin

Les grands travaux de rénovation menés par les musées de Munich sont comparables, par leur ampleur, aux chantiers en cours dans la capitale allemande : ainsi, 100 millions de deutschemarks (340 millions de francs) sont consacrés à la rénovation du Bayerisches Nationalmuseum (Musée bavarois), 95 millions de deutschemarks (323 millions de francs) à celle du Staatliche Museum für Völkerkunde (Musée d’ethnologie), 47 millions de deutschemarks (160 millions de francs) à celle de l’Alte Pinakothek – qui devrait rouvrir cet automne –, et la Haus der Kunst a bénéficié d’une enveloppe de 30 millions de deutschemarks (102 millions de francs) pour rénover son aile est. Pour mémoire, la construction de la Neue Pinakothek, achevée en 1981, avait coûté 106 millions de deutschemarks.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°26 du 1 juin 1996, avec le titre suivant : Une troisième pinacothèque pour Munich

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque