Samedi 24 février 2018

Un trésor pillé rendu à la Grèce

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 8 février 2010

Une cour de justice américaine rend une décision en faveur de la restitution à la Grèce de bijoux d’or pillés sur un site archéologique et récemment exposés dans une galerie new-yorkaise.

Un juge américain vient de se prononcer pour la restitution à la Grèce d’un trésor mycénien, trouvé par des pillards dans un tombeau sur le site archéologique d’Aidonia, au sud du pays. Cet ensemble d’objets a été exposé en 1993 à la galerie Michael Ward de New York. Au cours de l’audience, il a été démontré qu’il avait été volé et exporté de façon illégale.

Le trésor, qui comporte 312 pièces – des bagues, des bracelets et des pendants d’oreille en or, et des sceaux-cylindres en pierre –, a été pillé sur le site des fouilles il y a une vingtaine d’années. Il est passé dans de nombreuses mains avant d’aboutir à la galerie new-yorkaise. Katerina Dimakopoulos, archéologue attachée au ministère grec de la Culture,  après avoir vu le trésor exposé, a engagé des poursuites devant une cour fédérale en s’appuyant sur la convention de l’Unesco sur la protection des antiquités, adoptée en 1970. Selon cette convention, le plaignant qui revendique des antiquités volées, doit pouvoir prouver leur origine.

Cet arrêt, qui fait jurisprudence, a été accueilli avec satisfaction par Stavros Benos, ministre grec de la Culture. Stavros Benos s’apprête à engager une action similaire demandant le retour des Marbres Elgin conservés au British Museum. Melina Mercouri, qui l’a précédé à ce poste, avait fait campagne pour la restitution des sculptures, enlevées il y a 180 ans par lord Elgin sur l’Acropole, car elles sont le symbole de l’identité nationale.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°24 du 1 avril 1996, avec le titre suivant : Un trésor pillé rendu à la Grèce

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque