Mercredi 21 février 2018

Florence

Un Signorelli restauré

Le Journal des Arts

Le 5 mai 2010

Le tondo de la Vierge à l’enfant exposé à Castel di Poggio.

FLORENCE - Le tondo de Luca Signorelli de la Vierge à l’Enfant avec saint Jérôme restauré grâce au mécénat de la Caisse d’épargne de Florence, a été placé dans les salles de Castel di Poggio, siège du Centre d’études pour les arts mineurs, qui ont elles aussi retrouvé leur splendeur.

Ce tableau a appartenu à Giovanni Tortoli, un académicien de la Crusca, et il était déjà attribué à Signorelli dans l’inventaire des ses biens. Au début du XXe siècle, il fut acheté par la famille Baduel Zamberletti et, en 1920, Chiapelli l’attribue à nouveau à Luca Signorelli. Cette tradition est donc solide, bien qu’il existe des problèmes de chronologie, et sans doute une intervention d’école.

Ce qui peut paraître évident si l’on compare le tondo de Castel di Poggio avec celui de la Galleria Corsini, exécuté vers 1490, avec la Sainte Famille des Offices et la Vierge à l’Enfant de Munich. L’influence florentine est évidente dans la Vierge à l’Enfant avec saint Jérôme, surtout dans le dessin, proche de Ghirlandaio et de Pollaiolo. De plus, la forme du tondo annonce Michel-Ange et le Pérugin.

Il s’agit d’un exemple typique de cultures croisées, avec des composantes flamandes et nordiques, dont l’œuvre de Signorelli porte de nombreuses traces, surtout dans la période qui précède les grands cycles de Monteoliveto et Orvieto. Le restaurateur, Stefano Scarpelli, a nettoyé et consolidé la couche picturale car les manques étaient nombreux.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°7 du 1 octobre 1994, avec le titre suivant : Un Signorelli restauré

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque