Mardi 17 septembre 2019

B. N. Cabinet des Estampes

Un nouveau volume de l’Inventaire du fonds français

Le Journal des Arts

Le 1 mai 1994 - 496 mots

Premier catalogue consacré aux Lepautre.

PARIS - Certains livres consacrés à l’art voient encore le jour avec discrétion. D’un aspect souvent austère et destinés à la seule consultation, ils n’ont bien sûr aucune vocation directement commerciale et, pour cela peut-être, participent à l’édification d’un savoir plus durable. Très longs à mettre en œuvre, peu gratifiants pour leurs auteurs – du moins à court terme –, peu rentables pour les éditeurs, ces instruments de travail, comme il convient de les appeler, paraissent enfin, du seul fait de leur nécessité.

Il en est ainsi du quarante-troisième volume – consacré à l’œuvre des Lepautre – de l’Inventaire du fonds français du Cabinet des estampes de la Bibliothèque Nationale. Commencé en 1931, l’I.F.F. progresse à un rythme lent, par ordre alphabétique des noms de graveurs, dans la publication exhaustive des collections d’estampes françaises de la Bibliothèque Nationale. Rythme lent est le moins que l’on puisse dire, si l’on considère qu’aucun volume n’a été publié sur le XVIIIe siècle depuis 1977, sur les XIXe et XXe?siècles depuis 1985 (le précédent datait de 1967 !). Et il est à craindre que la montée en puissance d’une politique éditoriale à caractère prioritairement commercial – politique à laquelle se prêtent de plus en plus volontiers les institutions publiques – vienne compromettre l’aboutissement du projet initial. Lesdites institutions ne sauraient toutefois faire l’économie de ce type de recherches et de publications sans affecter gravement, à moyen terme, le contenu d’une connaissance diffusée par des moyens plus attractifs auprès d’un plus large public.

L’inventaire des estampes du XVIIe siècle – nous en sommes à la lettre L – fait exception. La publication en est lente mais régulière (1961, 1968, 1973, 1976, 1980, 1988, 1989, 1993), et sans doute le devons-nous à la patience – et plus encore à la confiance – de Maxime Préaud, conservateur en chef de la réserve du Cabinet des estampes. Auteur des six derniers volumes, Maxime Préaud a regroupé, depuis les deux volumes qu’il consacra à Sébastien Leclerc (1980), plusieurs milliers de vignettes, évitant parfois la consultation – et donc l’affaiblissement – des planches originales.

Un second volume en préparation
Le catalogue des Lepautre aujourd’hui publié – le premier consacré à ces artistes – intéressera l’amateur qui souhaite avoir plus qu’une culture de salon sur l’un des siècles les plus riches – peut-être le plus inventif, on l’oublie parfois – de l’art français. Les mille cent illustrations du présent volume permettent de se faire une idée précise et nuancée de ce que fut l’œuvre d’architecte d’Antoine Lepautre (1621-1679), l’œuvre de Jacques (mort en 1684) et de Jean Lepautre (1618-1682) qui abordèrent, tous deux, sujets religieux, mythologiques, historiques et scènes de genre. Un second volume, en préparation et consacré au seul Jean Lepautre, réunira ses œuvres ornementales qui illustrèrent et diffusèrent dans l’Europe entière le goût raffiné et imaginatif du grand décor français. Souhaitons que cet ouvrage voie rapidement le jour et que le succès qu’il mérite relance l’ensemble de l’Inventaire du fonds français.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°3 du 1 mai 1994, avec le titre suivant : Un nouveau volume de l’Inventaire du fonds français

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque