Dimanche 16 décembre 2018

Un nouveau Kenwood

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 14 avril 2000 - 257 mots

Chaque année, Kenwood House, la somptueuse demeure néoclassique conçue par Robert Adam à Hampstead près de Londres, rouvre ses portes pour le printemps et l’été. Cette fois, le décor intérieur a subi une vaste transformation, la plus importante depuis que Kenwood est devenu un musée, en 1928, pour abriter la collection de Lord Iveagh.

L’Autoportrait de Rembrandt et la Joueuse de guitare de Vermeer sont désormais accrochés dans la salle à manger, sur un velours gaufré de couleur mûre, tandis que la série de portraits de femmes du XVIIIe siècle, signés Gainsborough, Reynolds et Romney, se déploie sur un fond gris bleuté dans le salon de musique. Si la bibliothèque et le hall de Robert Adam avaient déjà été redécorés à l’identique, les deux ailes ajoutées par le second comte de Mansfield dans les années 1790, qui abritent aujourd’hui la majeure partie de la collection, avaient été négligés.

Grâce à la détermination de Sir Jocelyn Stevens, président de l’English Heritage qui gère Kenwood depuis 1986, le réameublement de cinq pièces au rez-de-chaussée de ces ailes vient d’être achevé. Pour la première fois, l’English Heritage a fait appel à un designer extérieur, Alec Cobbe, assisté de l’historien du textile Guy Evans et de Stephen Cannon-Brookes pour l’éclairage. Cette opération s’inscrit dans la politique de l’English Heritage pour la mise en valeur ses propriétés, dont on a pu observer les effets ces dernières années à Chiswick, Marble Hill, Down House et Eltham Palace.

Kenwood House est ouverte du 1er avril au 30 septembre de 10h à 18h. Entrée libre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°103 du 14 avril 2000, avec le titre suivant : Un nouveau Kenwood

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque