Dimanche 15 décembre 2019

Un abri en béton

À Cuba, les Hollandais dans un bunker

Par Martin Bailey · Le Journal des Arts

Le 23 novembre 2001 - 446 mots

Faute de place, le Musée des beaux-arts de Cuba a relégué une partie de sa collection dans un bunker situé non loin de La Havane. Après un inventaire minutieux effectué par une équipe hollandaise, ces tableaux semblent constituer l’une des plus belles collections d’art hollandais hors d’Europe et d’Amérique du Nord.

LONDRES (de notre correspondant) - La majorité des 175 peintures hollandaises et flamandes de la collection du Musée des beaux-arts de Cuba ont trouvé refuge dans un bunker souterrain près de La Havane. En effet, le Musée de Cuba, trop exigu pour présenter l’ensemble de ses collections, a fait d’un tel bâtiment son “annexe”. Dans ce pays chaud et humide, cette solution offre des conditions de conservation que des spécialistes venus des Pays-Bas ont jugées satisfaisantes. De légers travaux de restauration ont été entrepris sur trente-trois tableaux, tandis que deux panneaux figurant la Tour de Babel, de Jacob Grimmer et Maarten van Valckenborch, seront soumis à intervention à l’Institut de restauration du Limbourg aux Pays-Bas. Une équipe de restaurateurs hollandais se rendra à Cuba au printemps 2002 pour une mission plus approfondie.

Basé à Amsterdam, le Stichting Cultuur Inventarisatie a dressé l’inventaire de la collection de La Havane comprenant des œuvres aussi diverses que les premiers panneaux peints néerlandais ou les peintures de l’École de La Haye. L’inventaire a révélé que de nombreuses toiles ont rejoint la collection ces dernières décennies dont la plupart ont été l’objet d’échanges : ainsi, le portrait d’Elisabeth Lady Herbert of Raglan, de Van Dyck, a été obtenu auprès de Luis Acevedo en 1989, contre un Gérôme et un Dalí. Une Adoration des bergers de Quellinus II appartenait à un lot de trente-cinq œuvres provenant d’une collection européenne. Mercure, Mars et Venus de Jordaens, autrefois à Longleat, a été donné par la société Arts International contre un groupe d’œuvres de Vlaminck, Raffaëlli, Laurencin, Le Sidaner et Hassam. D’autres, dont un retable aujourd’hui attribué au Maître de l’Adoration de Lille (anciennement Vallert), ont été acquises chez Christie’s en 1989. Le premier noyau de tableaux du Musée de La Havane est issu des fonds de l’Académie de San Alejandro constitués à partir de 1842. Créé en 1913, le musée s’est considérablement enrichi lorsque Fidel Castro a pris le pouvoir en 1959, en particulier de pièces provenant des collectionneurs privés Julio Lobo et Oscar Cintas. Fermé depuis quelques années pour rénovation, le musée a rouvert ses portes en juillet dernier. Malgré les nouveaux aménagements, seule une petite partie de la collection – trente-cinq tableaux hollandais – y est exposée. Les plus belles œuvres hollandaises et flamandes de Cuba seront présentées au Musée Boijmans Van Beuningen de Rotterdam à l’occasion d’une exposition en 2003-2004.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°137 du 23 novembre 2001, avec le titre suivant : Un abri en béton

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque