Dimanche 18 novembre 2018

Classement des musées

Suite

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 7 juillet 2006 - 547 mots

Les résultats indicatifs de quatre musées absents du dossier.

 PARIS - Le classement des musées du Journal des Arts est devenu en trois ans un outil indispensable pour l’évaluation de ces institutions en France, tant pour les professionnels que pour le grand public et les… élus. Après la publication de notre dossier le 26 mai (JdA no 238), nous donnons ici le classement indicatif de quatre musées qui n’avaient pas été intégrés à notre classement, du fait entre autres de la non-réception du questionnaire dans les délais ou d’une fermeture pour travaux qui nous avait paru trop longue.
Ainsi, le Musée des beaux-arts de Lyon aurait été classé 22e au général. L’absence de fiches explicatives, de site Internet autonome et de newsletter l’aurait relégué à la 55e place du classement « Accueil », compensée par une très bonne 16e place en « Attrait » du fait de la richesse de ses collections. Un important budget de restauration lui aurait permis d’obtenir la 22e dans la catégorie « Enrichissement du patrimoine ».
De son côté, le Mémorial de Caen aurait obtenu la 48e place de notre classement général. Largement ouvert au public, il se serait classé 12e en accueil grâce à un auditorium qui propose un riche programme d’activités, à l’existence d’une newsletter et ce malgré un prix d’entrée prohibitif de 17,50 euros. Ne disposant que de 550 pièces, le musée se serait retrouvé à la 181e place pour l’Attrait et à la 45e place en Enrichissement du patrimoine grâce à une équipe de 19 personnes pour la conservation et des acquisitions s’élevant à 41 000 euros. Un bilan contrasté.
L’an dernier, le Musée des beaux-arts de Valenciennes s’était classé 45e au général. Il aurait bien progressé pour obtenir la 30e place en 2006. Il aurait atteint la 16e place au classement Accueil grâce à un tarif d’entrée bas (3,50 euros) et malgré l’absence d’audioguides, de fiches explicatives. Le Musée de Valenciennes se serait classé à la 37e place en termes d’attrait et à la 51e pour l’enrichissement, grâce à un budget de 31 000 euros pour la restauration et de 68 000 euros pour les acquisitions.
Fermé 187 jours en 2005, le Musée du Touquet aurait reculé de la 41e place à la 66e. Classé 95e pour l’accueil, ce musée ne dispose ni de café, ni de librairie, ni d’auditorium et ne loue pas non plus ses salles. Seules 174 œuvres sont exposées au total, ce qui l’aurait positionné à la 75e place en termes d’attrait. Conséquence d’une politique de restauration des œuvres (6 338 euros) et de travaux (100 000 euros), le Musée du Touquet se serait placé au 47e rang du point de vue de l’enrichissement du patrimoine.
Enfin, une erreur de retranscription, qui ne modifie pas les classements, a affecté l’attribution du nombre de points de certains musées. Il fallait lire : pour l’accueil, Musée Saint-Raymond/musée des antiques, Toulouse (116), Les Abattoirs, Toulouse (113) ; pour l’attrait, Musée Paul Dupuy, Toulouse (84), Musée des beaux-arts, Nantes (83) ; pour le classement général, Musée de Lille Métrople, Villeneuve d’Ascq (310), Musée des beaux-arts, Rouen (300), Musée d’Aquitaine, Bordeaux (279), Les Abattoirs, Toulouse (279), Musée Lambinet, Versailles (262), Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis (258), Musée d’art moderne et contemporain, Strasbourg (249), Musée Saint-Raymond/musée des antiques, Toulouse (249).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°241 du 7 juillet 2006, avec le titre suivant : Suite

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque