Mercredi 12 décembre 2018

Singapour en deux temps

Ouverture du Musée des civilisations asiatiques

Le Journal des Arts

Le 18 avril 1997 - 437 mots

La troisième entité du Musée national de Singapour sera inaugurée le 21 avril avec l’ouverture au public du premier bâtiment du Musée des civilisations asiatiques, qui succède à la création du Musée d’art, en 1996, et à celle du Musée d’histoire, ouvert depuis 1987. Le musée disposera d’un second édifice, deux fois et demi plus vaste, en 1999.

SINGAPOUR - La restauration et le réaménagement des 4 000 m2 du bâtiment de style colonial néoclassique qui abrite aujourd’hui le Musée des civilisations asiatiques de Singapour (Asian Civilisations Museum, ACM) ont duré un peu plus de trois ans et coûté l’équivalent de 60 millions de francs, sans compter le prix du terrain. Huit salles d’exposition permanente et deux destinées aux expositions temporaires ont été aménagées au sein des trois niveaux de cette ancienne école, construite en 1910. Dès le début du projet, l’ACM a eu pour difficile mission de recenser et de présenter les diverses cultures asiatiques, tout en mettant en valeur les civilisations ancestrales dont elles sont issues. Avec un budget d’acquisition restreint, mais en augmentation, l’ACM doit donc couvrir un vaste champ géographique englobant la Chine, l’Inde et l’Asie du Sud-Est. Le musée constituera dans le même temps un fond d’archives sur l’histoire de l’art en Asie du Sud-Est, destiné à son centre de recherches.

La présentation initiale des collections permanentes aborde essentiellement la culture et l’art chinois grâce à la riche collection héritée du Musée d’histoire et à de nombreuses pièces prêtées par des collectionneurs privés. Elle évoque les techniques de production de la céramique en Chine, les porcelaines destinées à l’exportation, l’architecture, la sculpture religieuse, la littérature, le rôle des connaisseurs (connoisseurship) et l’importance de leurs collections de jades, de porcelaines et de mobilier. Parmi tous ces objets, une stèle bouddhiste de la période du Nord et du Sud (420-589), un tripode en bronze de la période Shang (1766-1122 av. J.-C), un cheval Tang à glaçure de trois couleurs (618-907), un récipient du néolithique et une maquette de tour Han (206 av. J.-C.-221 ap. J.-C.).

L’exposition inaugurale, elle, montre des peintures de l’épopée du Râmâyana provenant de l’Inde et de l’Asie du Sud-Est. En 1998, se suc­céderont des expositions de calligraphie islamique, de peintures de Xu Beihong et Huang Binhong, de poteries de l’Asie du Sud-Est, de bijoux en or du Tibet et du Népal, ainsi que d’étoffes chinoises. Puis, en 1999, une vaste exposition d’objets relatifs à la vie dans les temples indiens marquera l’achèvement du second bâtiment de l’ACM, prévu dans l’Empress Place Building. Le musée disposera alors de 10 000 m2 supplémentaires pour présenter ses collections consacrées aux autres régions d’Asie.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°36 du 18 avril 1997, avec le titre suivant : Singapour en deux temps

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque