Mercredi 21 février 2018

Refaire le portrait

La National Portrait Gallery se modernise

Le Journal des Arts

Le 20 mars 2008

De Shakespeare à Mick Jagger, toutes les célébrités britanniques ont leur portrait à la National Portrait Gallery, exclusivement consacrée au genre. En charge d’importantes archives et de plus de 10 000 œuvres peintes, dessinées ou photographiées, l’institution londonienne, créée en 1836, vient de bénéficier d’importants travaux de modernisation.

LONDRES (de notre correspondante) - “L’atmosphère a changé, la National Portrait Gallery n’est plus seulement un musée consacré à l’exposition de sa collection mais une institution qui reconnaît son rôle d’institution, où les gens viennent passer du temps et apprennent des choses sur l’histoire de la Grande-Bretagne”, explique Charles Saumarez Smith, le directeur du musée. Outre une nouvelle galerie Tudor présentant les portraits de Shakespeare et d’Elisabeth Ire et un espace consacré aux portraits des années soixante à quatre-vingt, ont également été ajoutés un restaurant en terrasse, une salle de conférence en sous-sol et un espace multimédia. Les visiteurs peuvent y consulter les archives du musée, comme la correspondance entre un peintre et son modèle ou des renseignements sur l’histoire de chaque portrait. Quant au hall d’entrée, équipé d’un escalator, il a été repensé pour faire face au nombre croissant de visiteurs, passé de 10 000 en 1986 à un million l’année dernière. D’un coût total de 15,9 millions de livres (environ 178 millions de francs), les aménagements menés par Dixon Jones ont été financés à hauteur de 11,9 millions de livres par le Fonds de la loterie, auxquelles se sont ajoutées 4 millions de livres de donations privées.

Mais Charles Saumarez Smith craint une réduction des subventions des musées nationaux à présent directement allouées par le ministère de la Culture, de la Communication et des Sports par l’intermédiaire du Museums, Libraries and Archives Council (MLAC) : “Les musées nationaux relèvent normalement de la responsabilité du gouvernement central, et la perspective que cette distribution se fasse sur une base différente est inquiétante.” Il réfute le reproche fait par Matthew Evans, président de la MLAC, sur le manque d’initiative des musées nationaux en matière d’éducation et d’accès : “La National Portrait Gallery a été l’un des premiers musées nationaux à élargir la présentation de sa collection à ceux des régions. Chaque année, nous organisons quatre ou cinq expositions itinérantes que l’on peut voir dans différentes parties du pays.”

- National Portrait Gallery, St Martin’s Place, Londres, tél. : 44 20 7306 0055, www.npg.org.uk, tlj 10h-18h, sauf dimanche 12h-18h.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°106 du 26 mai 2000, avec le titre suivant : Refaire le portrait

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque