Lundi 17 décembre 2018

Mao revient à Chicago

L’Art Institute s’ouvre davantage au contemporain

Le Journal des Arts

Le 30 mai 1997 - 388 mots

Le 10 mai, l’Art Institute of Chicago a inauguré 700 m2 de nouvelles galeries destinées à l’accrochage permanent d’œuvres postérieures à la Seconde Guerre mondiale. Le principal musée de Chicago pourra enfin exposer la collection d’art contemporain offerte l’année dernière par la Fondation Lannan, ainsi que le Mao d’Andy Warhol, en dépôt au musée de Pittsburgh depuis 1994.

CHICAGO. Avec ces nouvelles galeries, assure James N. Wood, directeur de l’Art Institute, le musée offre au visiteur "un panorama complet et précis de l’art, du XIVe au XXe siècle". L’an dernier, l’Art Institute of Chicago avait reçu de la Fondation Lannan une importante donation d’œuvres de grands artistes contemporains, principalement américains, tels que Chuck Close, Clyfford Still et Robert Motherwell. Figuraient aussi 14 toiles du peintre allemand Gerhard Richter, montrant tout l’éventail des recherches qu’il a effectuées au cours de sa carrière, aussi bien dans le domaine figuratif qu’abstrait. Jeremy Strick, Frances et Thomas Dittmer, conservateurs du département de Peinture et Sculpture du XXe siècle, ont été chargés de repenser l’entière disposition des nouvelles galeries. Celles-ci adoptent une présentation chronologique, à l’instar des galeries d’art moderne qui ont bénéficié des premiers travaux de rénovation de l’aile Morton, en 1991. Certains regroupements d’œuvres d’un même artiste dérogent néanmoins à cette règle, comme par exemple l’ensemble des toiles de Richter. Jeremy Strick a également voulu créer un dialogue entre deux peintures de Clyfford Still, placées face à face, et il a réuni les œuvres de la maturité de Philipp Guston. "Cette nouvelle disposition met en évidence l’excellente représentation de certains mouvements, tels que l’Expressionnisme abstrait ou l’École de New York", explique Jeremy Strick, en feuilletant fièrement une liste où figurent les noms de Mark Rothko, Barnett Newman et Isamu Noguchi. Des œuvres de Francis Bacon, Jean Dubuffet, David Hockney, Robert Irwin, Ellsworth Kelly, Sol Lewitt, Roy Lichtenstein, Joan Mitchell, Robert Rauschen­berg, Richard Serra et Frank Stella seront aussi exposées. "J’attends surtout avec impatience le retour au musée de Mao", avoue Jeremy Strick, faisant allusion au gigantesque portrait sur fond rouge de Mao Tse Tung par Andy Warhol, en dépôt au Musée Andy Warhol de Pittsburgh depuis 1994. Le conservateur envisage une rotation annuelle ou semestrielle des collections contemporaines dans les nouvelles galeries. Les œuvres postérieures à 1980 y seront rares. Elles disposeront de six salles à part, dans le Rice Building.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°39 du 30 mai 1997, avec le titre suivant : Mao revient à Chicago

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque