Vendredi 23 février 2018

Les Goya de Saragosse réunis

Une banque et un musée associent leurs fonds

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 5 août 2008

Saragosse poursuit ses métamorphoses. Quelques mois après la réouverture de la cathédrale de la Seo, dont la restauration avait duré 18 ans, puis la création d’un passage permettant aux femmes de traverser les espaces conventuels de la chartreuse de l’Aula Dei pour accéder aux peintures murales de Goya, un nouveau projet prend forme. Un centre devrait rassembler, dès avril, l’essentiel du patrimoine goyesque en Aragon, et notamment les collections du Musée de Saragosse et de l’établissement bancaire Ibercaja.

SARAGOSSE - La collection d’Ibercaja renferme 11 tableaux de Goya – dont cinq dépôts de la Real Sociedad Económica de Amigos del País et plusieurs attributions incertaines –, 83 eaux-fortes d’une première édition des Désastres (1863), 18 provenant des Caprices (1864), ainsi qu’une bibliothèque de plus de 800 volumes sur le peintre de Fuendetodos. Pour sa part, le Musée de Saragosse conserve 17 toiles, parmi lesquelles les magnifiques portraits de Charles IV et de la reine Maria Luisa – deux dépôts de la Maison du Canal impérial d’Aragon –, auxquelles s’ajoutent 80 gravures de la série des Caprices, 40 de la Tauromachie, onze de Los Disparates, neuf des Désastres de la guerre, deux albums, cinq dessins et une lettre.

Si la réunion des deux collections constitue un grand pas en avant dans la mise du valeur du patrimoine goyesque en Aragon, l’orientation du projet a de quoi surprendre et décevra ceux qui souhaitaient la création d’un véritable Musée Goya.

Un accord surprenant
Disposant d’un plus grand nombre d’œuvres et des infrastructures nécessaires, le Musée de Saragosse, qui fêtera bientôt ses 150 ans, semblait naturellement destiné à diriger le projet. Sa capacité actuelle, revue à la hausse il y a deux ans, à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Goya, permettait d’accueillir sans problème la collection d’Ibercaja, tandis que les œuvres sur papier auraient pu prendre place au rez-de-chaussée d’un ancien dispensaire pour tuberculeux situé sur la plaza de los Sitios, en face du musée. Propriété d’Ibercaja, cet espace pouvait également permettre de créer un centre de documentation, de recherche et d’étude sur Goya. Or, l’accord signé entre l’établissement bancaire et le musée prévoit que la totalité du fonds sera installée dans le nouveau centre, dont la gestion sera assurée non par le Musée de Saragosse mais par un directoire créé à cet effet.

La date d’inauguration de “l’Espace Goya” est fixée, si tout va bien, au 23 avril prochain, fête de la Communauté autonome aragonaise. Ibercaja a déjà lancé un concours de projets préliminaires réservé aux seuls architectes du Collège d’Aragon, afin d’adapter un espace dont la surface construite n’est que de 1 380 m2. Bien qu’on n’en sache pas plus pour le moment, on peut néanmoins penser que cet accord se révélera avantageux pour Ibercaja mais assez coûteux pour le gouvernement autonome.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°79 du 19 mars 1999, avec le titre suivant : Les Goya de Saragosse réunis

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque