Suisse

Les clés de Klee

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 17 septembre 2007

Le Zentrum Paul Klee a été inauguré le 20 juin à Berne. Le bâtiment, qui s’inscrit parfaitement dans son environnement, est signé de l’architecte italien Renzo Piano.

BERNE - Un nouveau musée consacré à l’artiste suisse Paul Klee (1879-1940) a été inauguré le 20 juin, dans la banlieue est de la capitale fédérale suisse. Plus qu’un lieu monographique, l’institution rend hommage à la pluridisciplinarité du peintre passionné, entre autres, de musique, de théâtre,
d’architecture, de sciences et de philosophie. Ses collections, d’une richesse impressionnante, rassemblent environ 4 000 tableaux, dessins et aquarelles, soit près de la moitié de la production totale de l’artiste natif de la région de Berne, auxquels s’ajoutent des documents photographiques et biographiques, et même sa collection personnelle de végétaux et minéraux ! Un tel ensemble a pu être réuni grâce aux fonds de la famille Klee (l’importante donation Livia Klee-Meyer en mai 1997 est à l’origine du projet muséal), aux dons de collectionneurs locaux et des archives provenant de feu la Fondation Paul-Klee. Un patrimoine significatif, tant sur le plan artistique, théorique que pédagogique, dont la mise en valeur est la mission scientifique première de l’institution.

À projet exceptionnel, architecte exceptionnel. Le magicien du Zentrum Paul Klee n’est autre que Renzo Piano, auteur de la Fondation Beyeler à Riehen (Bâle) et architecte favori des musées. Après étude du terrain, il a imaginé une structure ondulée, formée de trois « collines » d’acier et de verre, qui s’écoule telle une vague dont la légèreté est à l’image du style de Klee. Les collines sont traversées par une artère de passage reliant, sur trois niveaux, la collection permanente (qui se déploie sur une surface de 1 750 mètres carrés), les salles d’expositions temporaires, les salles de séminaires, un auditorium pour les conférences et les spectacles et le Kindermuseum Creaviva, un musée pour enfants où les plus jeunes sont invités à participer à diverses activités créatives.

Si la présentation inaugurale de la collection prend le parti d’une narration chronologique et didactique du parcours de Klee, les œuvres des artistes qui l’ont entouré, tels Wassily Kandinsky, Franz Marc ou Alexej von Jawlensky, figureront certainement au prochain accrochage de l’ensemble, prévu tous les six mois. Divers textes présentés sur les cimaises rappellent l’œuvre poétique et littéraire de l’artiste, et son œuvre graphique bénéficie de salles à luminosité réduite par souci de conservation. L’exposition inaugurale est justement consacrée aux dessins réalisés par Klee à la fin de vie, et tire son titre de l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, « Nulla dies sine linea » (« Pas un jour sans la ligne »).

Ce projet d’une rare ampleur n’aurait pas vu le jour sans les 110 millions de francs suisses (71,5 millions d’euros) financés par un partenariat public-privé entre la ville et le canton de Berne et des particuliers – la famille Klee, le chirurgien orthopédique Maurice Müller et son épouse Martha Müller-Lüthi, des collectionneurs privés et des entreprises mécènes suisses.

L’inauguration du Zentrum Paul Klee est célébrée en bonne et due forme à Berne avec un programme de manifestations ambitieux (théâtre, lectures, concert), reflétant les intérêts variés de l’artiste et destiné à tous les publics.

ZENTRUM PAUL KLEE

Monument im Fruchtland 3, Berne, Suisse, tél. 41 31 359 0101, www.zpk.org, tlj sauf lundi, 10h-17h, 10h-21h le jeudi. NULLA DIES SINE LINEA (« Pas un jour sans la ligne »), exposition inaugurale jusqu’au 5 mars 2006.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°218 du 24 juin 2005, avec le titre suivant : Les clés de Klee

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque