Jeudi 13 décembre 2018

Inauguration

Le train en toute lumière

Par Philippe Régnier · Le Journal des Arts

Le 29 avril 2005 - 635 mots

Riche d’un nouveau hall et d’un nouveau nom, la Cité du train de Mulhouse entend renouer avec le succès public.

 MULHOUSE - L’empire de Culture Espaces poursuit son expansion avec le contrat qui lie aujourd’hui l’entreprise filiale de Suez à l’association à l’origine du Musée français du chemin de fer, qui a ouvert un espace à Mulhouse en 1971. La société privée, qui exploite déjà de nombreux sites, comme le Musée Jacquemart-André à Paris ou le château de Valençay (Indre), veille également depuis quelques années à la destinée du Musée national de l’automobile dans cette même ville de Haute-Alsace. Le nouveau contrat a pris la forme d’un mandat de gestion, une première en France. L’objectif est de réaliser des bénéfices qui seront ensuite partagés avec l’association. Mais pour ce faire, il faut attirer du public, beaucoup de public, pour une institution dont la fréquentation s’est lentement érodée. Des 200 000 visiteurs annuels à la fin des années 1970, les entrées ont été divisées par deux à la fin des années 1990. Aujourd’hui, l’équilibre se situe autour de 150 000 visiteurs par an.
Pour attirer un public plus nombreux, le site a abandonné son vocable « Musée », sans doute trop intimidant, pour se transformer en « Cité du train » un brin ronflant. Un nouveau bâtiment a été construit par les architectes et scénographes François Seigneur et Sylvie de la Dure, lauréats du concours lancé dès 1997 par l’association du Musée français duchemin de fer, la Ville de Mulhouse, la région Alsace et l’État. La nouvelle halle, d’une superficie de 6 000 mètres carrés, est signalée dès l’extérieur par sa façade recouverte de panneaux de huit couleurs différentes disposés de façon aléatoire, une mosaïque qui constitue la nouvelle signature graphique du lieu. Pour François Seigneur, il s’agit de l’application à l’architecture d’une théorie qui « emprunte aux méthodes physiques de la diffraction des couleurs, une pixellisation qui, vue du ciel, donnera “l’impression” globale d’une monochromie en gris ».
Tout dans cet espace a été conçu pour rendre locomotives et wagons plus ludiques, dans une volonté renouvelée d’attirer un large public. À la présentation technique et un brin austère de la première halle succède dans la nouvelle un « parcours-spectacle destiné à susciter l’émotion ». À la lumière naturelle fait place la pénombre et un jeu de lumière recherché. Le matériel roulant est présenté selon un certain nombre de thèmes : « Le chemin de fer et les vacances », « Le chemin de fer et la montagne », « Le chemin de fer et la guerre », « Les trains officiels », « Les cheminots », « L’univers des voyages ». À chaque fois, de courts films présentés sur des moniteurs reviennent sur l’un des aspects de la thématique. Moins réussis, des mannequins sont installés dans les voitures, et des bandes sonores content des anecdotes qui ne sont pas toujours du meilleur goût. Surtout, il semble que les concepteurs du parcours aient été trop restreints financièrement pour offrir une scénographie pleinement aboutie. Le second hall historique, titré « L’aventure ferroviaire », privilégie quant à lui une approche technique autour de soixante-dix locomotives et wagons qui appartiennent dans leur majorité à la SNCF. Des audio-guides permettent dans cet espace de 13 000 mètres carrés d’avoir accès à tous les détails concernant le matériel exposé.
Unique en son genre par la richesse de ses collections, dont une centaine de pièces sont actuellement présentées, la Cité du train a passé un nouveau cap grâce à un investissement de 9 millions d’euros hors taxes. Ainsi repensée, l’institution rentre dans une nouvelle logique pour mieux faire rimer « technique », « ludique » et… « public ».

Cité du train

2, rue Alfred-de-Glehn, 68200 Mulhouse, tél. 03 89 42 83 33, www.citedutrain.com, tlj, 10h-17h, jusqu’à 18h du 1er avril au 31 octobre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°214 du 29 avril 2005, avec le titre suivant : Le train en toute lumière

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque