Musée

Le Smithsonian et le V&A abandonnent leur projet de lieu commun 

Par Alice Fiedler · lejournaldesarts.fr

Le 24 septembre 2020 - 445 mots

LONDRES / ROYAUME-UNI

Le Covid aura eu raison du projet d’espace conjoint sur l’ancien site des Jeux Olympiques à Londres. 

Projet de bâtiment dans le Queen Elizabeth Olympic Park qui devait accueillir le centre d'art commun au Smithsonian et V&A Museum. © Allies and Morrison Architects.
Projet de bâtiment dans le Queen Elizabeth Olympic Park qui devait accueillir le centre d'art commun au Smithsonian et V&A Museum.
© Allies and Morrison Architects

Le Smithsonian et le Victoria & Albert Museum abandonnent leur projet de lieu d’art commun à Londres. Dans une déclaration conjointe, ils justifient cette décision par la crise du Covid-19. Selon le directeur du Smithsonian, Lonnie Bunch, l'institution américaine a perdu des millions de dollars de recettes depuis le début du confinement.

L’espace commun devait constituer un élément important d’un nouveau complexe culturel en construction sur l’ancien site des Jeux olympiques, dans le parc Reine Elizabeth. Ce complexe gigantesque d’environ 20 000 m² accueillera des expositions, un théâtre de 550 places, ainsi qu'un second campus pour le London College of Fashion. Le projet fait partie du plan de réhabilitation de l’ancienne zone industrielle de Stratford. 

« Ce projet créera une nouvelle destination culturelle passionnante dans l'est de Londres, qui permettra à bien plus de personnes de profiter des extraordinaires collections gérées par le Smithsonian et le V&A, » avait salué le maire de Londres, Sadiq Khan.

Les travaux avaient démarré en 2018 et devaient se conclure en 2021. La fin des travaux a été repoussée à 2023.

Le projet date de 2015, lorsque le Smithsonian annonce la création d’une antenne à Londres, à la suite d’une proposition de Boris Johnson (maire à l’époque). L’antenne aurait été la première hors des Etats-Unis. Un an après, ils décident de ne pas créer leur propre espace, mais de s’associer au V&A Museum. 

« La proposition de collaboration représente une occasion passionnante d'explorer les synergies entre deux institutions de renommée mondiale […], » avait dit Tim Reeve, directeur adjoint de V&A. Pour David Skorton, secrétaire du Smithsonian, « cela nous donnera à tous les deux la possibilité d'entrer en contact avec des publics divers de manière innovante. »

La collaboration devait aussi permettre au Smithsonian de diminuer son engagement financier. Les coûts de location des locaux et leur entretien étaient pris en charge par la Fondation for Futur London, qui coordonne la collecte de fonds pour l'ensemble du projet. Les expositions et la programmation dans l'espace auraient été développées conjointement par le Smithsonian et le V&A. L’idée était de puiser dans les collections permanentes des deux institutions pour explorer l'impact de la vie humaine sur le monde naturel.

Fondé en 1846 aux Etats-Unis, le Smithsonian est le plus grand complexe muséal, éducatif et de recherche du monde. Il comprend 19 musées et galeries, un parc zoologique et neuf centres de recherche. Le V&A est un musée majeur d'art, de design et de performance. Il possède de nombreuses collections nationales du Royaume-Uni et est un lieu de ressource d’études pour divers départements artistiques.
 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque