Emménagement

Le Musée juif de Belgique prend ses quartiers

Par Daphné Bétard · Le Journal des Arts

Le 28 mai 2004

À peine installée à Bruxelles, au cœur du quartier des musées, l’institution a confié le « déballage » de ses collections à l’artiste Jacques Charlier.

BRUXELLES - Vingt ans après sa création, le Musée juif de Belgique emménage dans un nouvel immeuble, au cœur du quartier des musées, à Bruxelles. Né à la fin des années 1970, le projet du musée fut porté par le baron Jean Bloch, président du Consistoire central israélite de Belgique, et son successeur le baron Georges Schnek, lesquels en constituèrent les collections. C’est en 1990 seulement que l’institution s’installa dans des locaux de fortune, prêtés par le Consistoire et situés au-dessus d’une synagogue ; de petites expositions temporaires y furent organisées. En 1999, le bâtiment XIXe siècle de la rue des Minimes lui fut finalement concédé. Siège du consulat allemand au début du XXe siècle, annexe de la Cour militaire et du Conseil de guerre de l’État belge dans l’entre-deux-guerres, l’immeuble abrita la police allemande en 1940, puis fut alloué aux services des Archives générales belges. Marqué par son histoire pour le moins chaotique, l’édifice devrait être entièrement réhabilité, mais le musée peine à rassembler les fonds nécessaires – le projet architectural de Jean-Michel Wilmotte, qui avait été retenu, est pour l’heure laissé en suspens. L’équipe du musée a décidé d’ouvrir malgré tout au public ce bâtiment tant attendu en se concentrant davantage sur « l’esprit du lieu » que sur ses murs. Loin du traditionnel musée de civilisation, conçu à la manière d’un cabinet de curiosités, l’établissement a été pensé comme un lieu vivant, tourné vers l’extérieur. « Nous voulons avant tout que ce soit le théâtre de rencontres et de débats, une invitation au dialogue, précise Bernard Suchecky, commissaire de l’exposition inaugurale. Nous ne sommes pas un endroit communautaire, ni une vitrine identitaire. Le musée est ouvert à tout le monde. »
En gage d’inauguration, l’artiste Jacques Charlier s’est vu confier le « déballage » des collections (riches de millions de documents d’archives, 20 000 photographies, 25 000 livres, 5 000 affiches,
1 250 œuvres d’art…). Constituée dans l’urgence, son « installation » compile quantité d’objets, de souvenirs, affiches, cartes postales, lettres, documents officiels, et surtout, de photographies, « pour obtenir un maximum de visibilité », selon les propres termes de l’artiste. Disposé sur de grands panneaux noirs, l’ensemble évoque les traditions religieuses et l’intégration des populations juives en Belgique. « Les pièces exposées m’intéressent moins comme objets de contemplation que comme sujets de conversation, explique Jacques Charlier. Dans une Europe qui hésite entre le repli identitaire et un idéal commun, la culture n’est pas le moindre outil de rapprochement et de médiation. » Temporaire, cette présentation augure des futurs grands axes du musée : un minimum de cartels et panneaux pédagogiques afin de privilégier le dialogue avec les médiateurs, l’absence d’un parcours prédéterminé et l’incitation à la visite libre. Le premier étage devrait abriter un centre de documentation avec salle de lecture, équipements techniques et informatiques, le deuxième étage, des espaces d’expositions, et le troisième, un cabinet des estampes. En attendant les indispensables travaux de rénovation, l’institution se concentre sur ses projets, avec déjà deux expositions prévues pour 2005, l’une consacrée à l’« Histoire d’un oratoire à Bruxelles », l’autre intitulée « La Foire aux docs » , dans laquelle les visiteurs pourront faire don de documents, lettres, photos, journaux, albums de famille, mais aussi en faire réaliser des copies. Une manière originale d’enrichir les collections et de faire participer le public à la vie du musée.

Musée juif de Belgique

21 rue des Minimes, Bruxelles, tél. 32 2 512 19 63, www.museejuif.be, tlj sauf samedi, 10h-17h et 10h-13h le vendredi. Exposition inaugurale : « Déballage », jusqu’au 5 octobre.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°194 du 28 mai 2004, avec le titre suivant : Le Musée juif de Belgique prend ses quartiers

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque