Lundi 24 septembre 2018

Polémique

Le musée du château d’Eu malmené

Par Maureen Marozeau · Le Journal des Arts

Le 22 septembre 2006 - 833 mots

L’avenir du Musée Louis-Philippe est au cœur d’une querelle opposant la municipalité d’Eu et son active conservatrice, qui partira à la retraite début octobre.

 EU - Parue dans le quotidien Le Courrier picard du 23 mai, à l’occasion d’un article sur La Nuit des musées (20 mai), une petite phrase de Martine Bailleux, conservatrice du Musée Louis-Philippe du château d’Eu (Seine-Maritime) depuis 1973, a déclenché les foudres de la municipalité. « “Vous avez vu, pas mal, hein ? ”, lance Martine Bailleux-Delbecq, l’œil pétillant comme toujours, et qui ajoute : “Je regrette tout de même que, mis à part le maire adjoint Alain Gouttenoire, les élus ne se soient pas déplacés. On manque de salles, de personnel. On devait avoir les sous-sols. Cela semble remis en question. Bref, on pourrait développer plus encore. Je pars déçue” », confiait d’un trait la conservatrice. Trois semaines plus tard, le directeur général des services de la ville, Yvan Gaston, signifiait à Martine Bailleux-Delbecq une mise à pied de trois jours pour manquement à son devoir de réserve.

Cohabitation difficile
Si cette sanction frappe par sa sévérité, c’est qu’elle n’est pas la première. Martine Bailleux-Delbecq avait déjà reçu deux blâmes pour s’être ouvertement opposée à la construction d’une rocade au cœur de l’ancien parc royal du château. Pour Alain Gouttenoire, adjoint au maire chargé du patrimoine, ces mesures sonnent le glas de la détérioration des relations entre la conservatrice et l’administration municipale. La sanction n’a pour l’instant pas été appliquée, mais seulement « signifiée » à Martine Bailleux-Delbecq lors d’une réunion avec son supérieur hiérarchique le 23 juin. La conservatrice, qui doit partir à la retraite le 7 octobre, est depuis cette date en congés.
Cet épisode est symptomatique du malaise qui frappe le Musée Louis-Philippe, labellisé « Musée de France ». Propriété de la municipalité, le château d’Eu, qui l’abrite, est occupé sur 60 % de sa surface par les bureaux de la mairie. Une cohabitation difficile selon Michel Mabire, président de l’Association des Amis du Musée Louis-Philippe. L’institution manque de place, notamment pour ses réserves, et le déménagement de la mairie dans une structure indépendante se fait attendre. En l’absence d’espaces, les collections permanentes doivent être déplacées pour permettre au château d’accueillir des expositions temporaires. Martine Bailleux-Delbecq s’est aussi régulièrement vu reprocher de ne pas en organiser suffisamment : « Nous sommes un château-musée, pas un musée dans le château. Notre mission est de reconstituer pièce par pièce les collections du château. On ne peut pas exposer n’importe quoi n’importe où ! », s’insurge-t-elle.
Pour l’Association des Amis du musée, très active sur le plan de l’enrichissement des collections, cette mise à pied pourrait avoir des conséquences très néfastes auprès des mécènes, déjà largement négligés par la mairie. Au début de l’année, un donateur a retiré son dépôt de soixante-cinq objets, pour la majorité des porcelaines de Sèvres, estimant que la ville ne lui avait pas signifié sa reconnaissance. La première « Journée des donateurs », prévue le 7 octobre, jour du départ en retraite de Martine Bailleux-Delbecq, a été repoussée à une date ultérieure. Son successeur, dont le recrutement tarde, aura l’honneur de recevoir ces mécènes, tous issus du réseau tissé par la conservatrice depuis plus de trente ans. Fondatrice, avec la comtesse de Paris, de l’Association des Amis du musée, celle-ci s’est entourée d’historiens, de commissaires-priseurs, de spécialistes de Louis-Philippe, de conservateurs et de grands collectionneurs privés. Alain Gouttenoire reconnaît le travail admirable et essentiel de la conservatrice, et déplore ce départ par la petite porte. Avant d’ajouter qu’elle en est « l’unique responsable », surtout du fait qu’elle n’ait pas rendu le projet scientifique et culturel attendu pour le château, ce malgré les fonds débloqués dans le cadre du plan État-Région. Un échec que la conservatrice est la première à reconnaître, dénonçant un « manque de dialogue avec les élus ».

« Dialogue de sourds »
Pour Michel Mabire, chacun a sa part de responsabilités dans ce « dialogue de sourds ». Sa crainte désormais est que l’institution perde le label « Musée de France ». Rien n’est moins sûr, car la municipalité se tourne vers un nouveau projet « épatant si [l’]on en avait les moyens, et si l’administration partait du château ». Sylvie Guerlain devrait en effet faire don de sa collection personnelle de flacons de parfum, qui constituerait alors l’épine dorsale d’un nouveau musée situé dans les communs du château – espace réclamé de longue date par la conservatrice. « M. Gouttenoire devrait méditer le proverbe « qui trop embrasse mal étreint ». Et, sans douter de l’intérêt de la collection Guerlain, son arrivée dans les anciens communs du roi va à l’encontre du redéploiement futur des collections du Musée Louis-Philippe. La politique touristique de la ville d’Eu n’est pas à la hauteur de son musée et je doute qu’elle le soit avec la collection Guerlain », fulmine pour sa part Xavier Dufestel, administrateur de l’Association des Amis du musée. Une querelle, dont malheureusement, le Musée Louis-Philippe est la première victime.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°243 du 22 septembre 2006, avec le titre suivant : Le musée du château d’Eu malmené

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque