Dimanche 9 décembre 2018

Belgique

Le Musée d’Ixelles s’agrandit

Des abattoirs au musée

Le Journal des Arts

Le 1 novembre 1994 - 611 mots

Plus d’un siècle après sa création dans d’anciens abattoirs désaffectés, le Musée d’Ixelles fait peau neuve et ouvre au public, le 17 novembre, ses nouveaux espaces. Un pari, car le musée ne voit pas son budget augmenter.

BRUXELLES - Célèbre, sous la direction de Jean Coquelet, pour ses choix audacieux et avant-gardistes, le Musée d’Ixelles est devenu un des lieux privilégiés pour l’organisation d’expositions d’envergure internationale. Les travaux entrepris depuis près d’un an ont permis au musée de récupérer l’ancienne salle des fêtes attenante, qu’il avait perdu au profit de l’animation de la vie communale. Le coût des rénovations s’élève à quelque 40 millions de francs belges, pris partiellement en charge par la banque Morgan. L’espace, réparti en trois niveaux, représente près de 1 000 m2 qui permettront de présenter en permanence les collections du musée.

Mais, malheureusement, de l’architecture en verre et en métal de la fin de siècle, rien ne subsiste de visible, puisque le béton rageur des années cinquante a coulé irrémédiablement sous sa chape sinistre les poutres dessinées par Ernest Delune, architecte communal et l’un des représentants de l’Art nouveau à Bruxelles.

Dévoré par un programme d’expositions audacieux, le Musée d’Ixelles a souvent été obligé de remiser d’imposantes collections, constituées au fil du temps et au hasard de donations parfois heureuses, comme celles de Léon Gachez, d’Octave Maus – le secrétaire des "XX" –, ou de Max Janlet. Parmi les 13 000 œuvres conservées, outre un panorama très étendu de la peinture belge depuis le XIXe siècle, le musée possède quelques pièces de qualité, comme un dessin de Dürer ou un ensemble important d’affiches de Toulouse-Lautrec. Désormais, le visiteur sera assuré de voir les collections en permanence. Le nouvel espace dégagé s’intégrera aux salles déjà existantes pour offrir un circuit articulé en plusieurs niveaux.

De Dürer à David
Dans la partie ancienne du bâtiment, au rez-de-chaussée, un premier parcours conduira en deux salles de Dürer à David. Deux autres salles seront réservées aux affiches de Lautrec. La grande galerie accueillera un panorama de la peinture de l’Impressionnisme aux Fauves. Un cabinet des Dessins permettra une meilleure conservation et la consultation d’un fonds important d’œuvres sur papier. Durant les expositions temporaires, le contenu de ces salles pourra être en partie déplacé vers la nouvelle aile.

Dans le bâtiment restauré, le rez-de-chaussée accueille la création moderne et contemporaine sous l’éclairage zénithal de la verrière, elle-même partiellement restaurée. Les architectes ont aménagé l’espace de sorte que la scène de l’ex-salle des fêtes puisse être utilisée sans perdre pour autant sa vocation initiale. Le 1er étage, en mezzanine, protégé de la lumière directe, accueille les œuvres sur papier selon un accrochage qui ira de Spilliaert à Lismonde. Le deuxième étage, sous verrière, est consacré aux réserves. L’entrée se fait par la nouvelle aile qui devrait accueillir, dans les mois à venir, une librairie et une cafétéria.

Expositions à concepts
Que représente l’extension du musée ? D’abord, un outil nécessaire à la politique d’exposition esquissée par Nicole d’Huart, l’actuel conservateur du musée. Ixelles a une politique propre avec ses options spécifiques : les expositions à concept, comme celle consacrée à Orphée qui s’ouvrira en mai 1995, les rétrospectives d’artistes majeurs, comme celle de Marcel Marïen programmée pour septembre 1995, ou encore la tradition paysagiste anglaise à la fin du XVIIIe siècle dont témoignera l’exposition de réouverture.

La rénovation permettra également de poursuivre le travail de restauration des œuvres, financé par la commune, et de faire découvrir des choses moins connues en Belgique. Le pari reste toutefois de taille car malgré l’agrandissement, le musée ne voit pas sa dotation évoluer. Le personnel scientifique et de direction se limite au conservateur et à son adjoint.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°8 du 1 novembre 1994, avec le titre suivant : Le Musée d’Ixelles s’agrandit

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque