Vendredi 20 septembre 2019

New York

Le Met va agrandir ses galeries grecques et romaines

Le musée a reçu un don de 6 millions de dollars

Le Journal des Arts

Le 1 juin 1994 - 493 mots

Le Metropolitan Museum of Art a annoncé qu’il allait rénover et remanier ses galeries grecques et romaines, grâce à un don de 6 millions de dollars (35 millions de francs environ) du financier new-yorkais Robert Belfer.

NEW YORK - Ce don devrait permettre le lancement d’une campagne de collecte de fonds pour le projet, selon Carlos Picon, conservateur du département grec et romain du Metropolitan. L’un des espaces d’exposition, habituellement consacré à la peinture, la sculpture et les arts décoratifs romains, sera rebaptisé "cour Robert A. et Renée E. Belfer". Les Belfer sont membres de l’association de soutien au département grec et romain du Met, les Philodoroï ("Donateurs"). Le projet comportera quelque 10 000 m2 d’espace d’exposition. L’achèvement est prévu pour la fin de ce siècle.

On attend de cette rénovation qu’elle agrandisse l’espace disponible pour les collections grecques et romaines ; le conservateur prévoit des mezzanines pour plusieurs galeries. Carlos Picon envisage aussi le retour du hall sud – qui accueille aujourd’hui le restaurant du musée – à sa destination première comme galerie grecque et romaine. Les antiquités avaient été un peu malmenées dans le précédent programme d’aménagement, qui ouvrait de larges espaces à l’art américain de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, très apprécié du public. "Entre 1925 et 1949, déclare le conservateur, le musée offrait deux fois plus d’espace pour les objets grecs et romains que nous n’en avons aujourd’hui. Les nouvelles galeries devraient permettre au Metropolitan de mettre en valeur les arts décoratifs romains, éclipsés jusque-là par manque de place. Nous avons la meilleure collection de verres romains de tout l’hémisphère occidental", affirme Carlos Picon, ajoutant qu’il espère pouvoir présenter aussi les collections de bijoux, de terres cuites et de pierres précieuses dans les mêmes galeries.

Durant les travaux, le conservateur a prévu une galerie temporaire des "chefs-d’œuvre", dans la future cour Belfer où les pièces grecques et romaines les plus célèbres seront exposées. Le département présentera également des expositions didactiques et pédagogiques sur la conservation des antiquités. "La refonte va bien au-delà des questions d’espace", fait remarquer Carlos Picon. Les conditions d’éclairage et de climatisation dans les galeries grecques et romaines concernent aussi d’autres secteurs du musée, et seront améliorées dans le cadre du programme.

On a prétendu que toute expansion des galeries d’antiquité avait pour effet d’alimenter la demande d’objets, incitant ainsi à un pillage sur toute l’étendue de l’ancien Empire romain. Carlos Picon récuse cette idée : "Tout nouvel espace d’exposition, dit-il, peut être facilement occupé par le grand nombre d’œuvres que le musée a dû jusque-là garder dans ses réserves." Il reste que le marché pourrait être relancé si, d’aventure, d’autres musées suivaient l’initiative du Met et agrandissaient leurs galeries d’antiquités.

"Le Met n’a pas besoin d’acheter un seul anneau sigillaire pour occuper l’espace", a dit Constance Löwenthal, directrice générale de l’International Foundation for Art Research, organisation qui s’efforce de contrôler les fouilles clandestines et le trafic illégal des œuvres d’art.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°4 du 1 juin 1994, avec le titre suivant : Le Met va agrandir ses galeries grecques et romaines

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque