Vendredi 20 septembre 2019

Grande-Bretagne

Le manoir de Waddesdon enfin rendu à sa splendeur

Une demeure des Rothschild dans le Buckinghamshire a été restaurée et ouverte au public

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 1 avril 1994 - 345 mots

Le manoir de Waddesdon dans le Buckinghamshire est, selon Jacob de Rothschild, son administrateur, « la seule grande demeure des Rothschild qui n’ait pas été détruite ».

BUCKINGHAMSHIRE - Construit entre 1874 et 1879 pour le baron Ferdinand de Rothschild par l’architecte français Destailleur, le manoir de Waddesdon dans le Buckinghamshire fait penser à un château de la Loire qui aurait conservé toute son opulence, avec ses gigantesques compositions florales et ses collections de tableaux, de porcelaine et d’objets d’art. Une soixantaine de demeures comme celle-ci ont été construites en Europe au siècle dernier pour les Rothschild. A la fin des années 1950, James de Rothschild, son propriétaire d’alors, l’a offerte à l’État, avec une dotation de 750 000 livres (6,6 millions de francs).

Un vaste programme de restauration
Après le décès de Mme James de Rothschild, un programme de restauration a été entrepris et la demeure a été ouverte au public. Elle accueille actuellement 100 000 visiteurs par an. Au menu de la visite : la cave aménagée avec l’aide de l’œnologue Hugh Johnson, une  superbe collection de Sèvres, présentée au deuxième étage, qui comprend le célèbre service Starhemberg – propriété de l’État qui l’a accepté en paiement de droits de succession – ainsi que des statuettes en biscuit, acquises chez Christie’s. Lord Rothschild et sa femme ont récemment tiré des locaux où elles étaient entreposées depuis des décennies, de magnifiques boiseries Louis XV qui, après avoir été restaurées en France, retrouveront leur place dans la demeure, en compagnie d’un parquet versailles.

Enfin, une pièce présentera les actions de mécénat engagées par la famille Rothschild. Jacob de Rothschild se consacre depuis une dizaine d’années à plusieurs projets architecturaux. À Londres, il a fait restaurer Spencer House, l’hôtel particulier de la famille de la princesse de Galles situé dans le quartier de St James. Il a joué un rôle important dans la construction de la National Gallery, et de la Cour suprême de Jérusalem, dont il a présidé le comité. Ce denier a retenu pour la réalisation du projet les architectes Ada Karmi-Melamede et Ram Karmi.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°2 du 1 avril 1994, avec le titre suivant : Le manoir de Waddesdon enfin rendu à sa splendeur

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque