Égypte - Musée

Le Grand Musée Égyptien ouvre cet été

Par Charles Roumégou · lejournaldesarts.fr

Le 19 avril 2021 - 656 mots

LE CAIRE / EGYPTE

Le GEM installé au Caire et dédié à la civilisation égyptienne doit être inauguré prochainement, après maints reports.

Le Grand Musée Égyptien au Caire © Djehouty, 2019, CC BY-SA 4.0
Le Grand Musée Égyptien au Caire
Photo Djehouty, 2019

Bientôt le site des pyramides et du sphinx de Gizeh ne sera plus la seule grande attraction du Caire. La ville s’apprête à inaugurer, d’ici l’été prochain, son nouveau joyau, le très attendu Grand Musée Égyptien (Grand Egyptian Museum, GEM), entièrement consacré à l’antiquité égyptienne, dont les travaux de construction, débutés en 2012, sont en cours d’achèvement.   

Conçu en 2003 par le cabinet d’architectes Heneghan Peng au terme d’un concours international ayant attiré 1 557 participants de 83 pays, le GEM, situé sur le plateau de Gizeh à deux kilomètres de la septième merveille du monde, s’étend sur 490 000 mètres carrés dont plus de la moitié sont des espaces extérieurs (parcs, jardins, fontaines). Des dimensions hors normes qui en font le plus grand musée jamais consacré à une seule civilisation.

Le bâtiment principal accueillera au total 100 000 objets, 50 000 d’entre eux seront exposés de manière permanente. Parmi ces pièces, 30 000 sont issues des réserves du Musée égyptien du Caire de la place Tahrir ou d’espaces de stockage de sites archéologiques de toute l’Égypte et n’ont encore jamais été montrées au public. Les 50 000 objets restants seront conservés dans des réserves simples d’accès, afin de faciliter la recherche universitaire et scientifique.

L’espace d’exposition, imaginé par le cabinet allemand Atelier Bruckner, offre une superficie intérieure d’environ 60 000 mètres carrés, divisé en cinq zones distinctes. Une statue de 11 mètres de haut du roi Ramsès II accueillera tous les visiteurs entrant dans la zone 1 - l’Atrium - lesquels pourront ensuite contempler des éléments architecturaux et des sculptures monumentales avant d’emprunter le grand escalier menant aux salles d’exposition. 

La zone 2, qui sera certainement la plus visitée de toutes, abrite le trésor du pharaon Toutankhamon découvert en 1922 dans la vallée des Rois à Louxor : plus de 5 000 objets, parmi lesquels le célèbre masque d’or ou le sarcophage doré du jeune roi, offrent un aperçu inédit du mode de vie du souverain à la fin de la XVIIIe dynastie. Enfin, les quatre galeries des zones 3 à 5 présentent, de manière chronologique, diverses pièces reflétant l’histoire de l’Égypte ancienne, de la préhistoire jusqu’au périodes grecque et romaine.

Le musée dispose également du plus grand centre de conservation au monde, le GEM-CC, inauguré en juin 2010, lequel dispose de pas moins de 17 laboratoires de restauration. Cette structure a pour mission l’enregistrement, la fumigation, la documentation et la conservation des collections inestimables du GEM, conformément aux chartres et recommandations internationales.

L’instabilité politique et économique entre 2011 et 2014, les attentats terroristes, la crise sanitaire liée au Covid-19 ont contraint maintes fois les autorités égyptiennes à reporter l’inauguration de ce gigantesque musée dont le budget a dépassé le milliard de dollars (contre 810 millions à l’origine). Achevé à 98 %, le musée doit en principe être ouvert au public à compter de l’été prochain. Quatre millions de visiteurs par an sont attendus sur le site.

Début avril, les rues du Caire ont été le théâtre d’un spectacle très hollywoodien (et un peu kitsch) au cours duquel vingt-deux momies de rois et de reines de l’Égypte ancienne ont été transférées du Musée égyptien du Caire, où elles reposaient depuis leurs découvertes au début du XXe siècle, au nouveau Musée national de la civilisation égyptienne (NMEC) situé dans le sud de la capitale et inauguré à cette occasion. Avec le GEM, l’ouverture du NMEC doit permettre de désengorger l’ancien musée national, ouvert en 1902 et désormais saturé. 

À travers ses six galeries thématiques - l’aube de la civilisation, le Nil, l’écriture, l’État et la société, la culture matérielle, les croyances et la pensée - le NMEC met à l’honneur le patrimoine matériel et immatériel de l’Égypte, des temps des premiers peuples qui se sont implantés le long du Nil vers 5 000 avant J.-C. à nos jours. 7 000 ans d’histoire à travers les grandes réalisations de la civilisation égyptienne. 

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque