Samedi 24 février 2018

Utopie

Le familistère se muséifie

Par Sophie Flouquet · Le Journal des Arts

Le 27 avril 2010

Un musée de site a ouvert à Guise, dans l’ancien Palais ouvrier
en cours de réhabilitation depuis 2000.

GUISE - Les plâtres n’étaient pas tout à fait secs et la restauration de la grande verrière n’était pas encore achevée, le 31 mars, le jour de l’ouverture du nouveau musée de site dans le pavillon central du Familistère de Guise (Aisne). Mais il fallait respecter le calendrier imposé pour l’obtention des fonds européens, aide précieuse pour mener à bien le colossal chantier de restauration de l’ancien Palais social.

Classé monument historique depuis 1991, l’édifice est né de l’ambitieux projet de Jean-Baptiste André Godin (1817-1888), patron des manufactures et fonderies de poêles éponymes, qui a expérimenté in vivo les principes fouriéristes en proposant à ses employés de vivre dans le cadre d’un système d’habitation unique. Lancé en 2000, le programme de travaux se chiffrera, au total, à plus de 40 millions d’euros et devrait s’achever en 2013. Il est piloté par un syndicat mixte créé pour tenter de sauver le site, séparé de l’usine depuis 1968 puis divisé en une copropriété qui s’est paupérisée au fil du temps. Avec ses 6 000 habitants, la petite ville de Guise n’a en effet pas les moyens de faire face à la remise en état de l’ensemble.

« La propriété privée était inadaptée au site, explique Jean-Pierre Balligand, député de l’Aisne et président du syndicat mixte. Nous avons donc entrepris de réunir la propriété foncière. » L’opération s’est achevée en juillet 2006 pour le pavillon central. Parallèlement, le syndicat mixte a programmé les travaux par tranches : ont été restaurés et ouverts à la visite les anciens économats (dans lesquels ont été créées librairie et buvette), la buanderie-piscine puis l’ancien appartement de Godin.

Les travaux du pavillon central (1862-1864), dans lequel les cent cinquante appartements ont été progressivement rachetés en dépit du maintien de quelques locataires, constituent une nouvelle étape avant la rénovation du théâtre, de plusieurs logements, et enfin l’installation d’un hôtel.

Émancipation collective
Près de 2 500 mètres carrés d’espaces muséographiques et de services sont désormais accessibles au public dans le pavillon central. « La direction des Musées de France n’avait jamais travaillé avec un musée cohabitant avec des habitants », relève Frédéric Panni, conservateur du patrimoine en charge du site. Installé dans d’anciens appartements, le nouveau musée propose d’explorer l’univers de Godin et d’écrire le récit de la vie du Familistère. Les contraintes liées à l’installation d’un musée ont toutefois obligé les architectes de l’opération, Béatrice Julien et Catherine Frenak, à reprendre toutes les structures.

D’où leur volonté de laisser une trace de l’existant, par le biais d’une surprenante coupe grandeur nature, sorte d’écorché d’architecture qui donne à voir le système constructif de l’ensemble. Quitte à choquer les puristes de la conservation du patrimoine.

Privilégiant la pédagogie, le parcours explore l’utopie familistérienne. Promoteur de l’habitat unitaire locatif, Godin – qui se situait à l’opposé du paternalisme – a souhaité offrir des moyens d’émancipation collective à ses employés en leur procurant, notamment, les « équivalents de la richesse » : hygiène, alimentation et éducation.

Les meilleurs élèves, envoyés aux Arts et Métiers, avaient ainsi la possibilité de devenir ingénieurs voire de diriger l’entreprise. « L’expansion de l’usine a toutefois participé à une scission entre ces “socialistes patrons” et les cités ouvrières de la ville, où l’on était communiste,» note Frédéric Panni. De là peut-être cette difficulté qui a longtemps perduré, pour les habitants de la commune, à s’approprier ce patrimoine unique.

LE FAMILISTÈRE DE GUISE, 02120 Guise, tél. 03 23 61 35 36, tlj sauf lundi 10h-18h de septembre à juin, tlj en juillet et août, www.familistere.com

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°324 du 30 avril 2010, avec le titre suivant : Le familistère se muséifie

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque