Jeudi 19 septembre 2019

La Haye

Le Cabinet de peintures du prince Guillaume V

Le Journal des Arts

Le 1 avril 1994 - 410 mots

Le plus ancien musée de Hollande a rouvert ses portes après un an de rénovation.

LA HAYE - Le Cabinet de peintures du prince Guillaume V (De schilderijengalerij van prins Willem V), fondé en 1774 afin d’abriter la collection du stadhouder et d’en permettre l’accès au public, est situé à La Haye, derrière le Parlement. Le bâtiment où le cabinet a été aménagé ne comporte qu’une seule galerie, mais de noble apparence. Il abrite 140 toiles hollandaises du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, qui sont étroitement regroupées, selon la coutume de l’époque.

La remise en état, qui s’est effectuée pour le coût modeste de 500 000 florins (1,5 millions de francs environ), a été financée en partie par les entrées d’une exposition de toiles du Mauritshuis, qui s’est tenue au village hollandais de Nagasaki, au Japon, l’an dernier. Le gros des frais a toutefois été assumé par le musée du Mauritshuis, car le cabinet du prince est l’une de ses annexes.

Guillaume V, un amateur éclairé
Guillaume V (1748-1806) est l’un des rares membres de la famille royale hollandaise qui ait été un véritable amateur d’œuvres d’art. Quand il décida de faire construire un bâtiment pour y recevoir ses invités et y abriter sa collection, il tint à ce que celui-ci soit ouvert au public (à l’exception des enfants qui n’étaient pas admis) trois jours par semaine, de 11 heures du matin à 13 heures. Lors de l’invasion des Provinces-Unies par Napoléon, le prince s’enfuit en Angleterre, et sa collection, confisquée, fut emportée au Louvre. Mais après 1815, la majeure partie en fut rendue aux Pays-Bas.

Peter van der Ploeg, conservateur du cabinet et responsable de l’accrochage des œuvres, a tenu à montrer ce qu’était le goût en matière de présentation des peintures, au XVIIIe siècle, où on les suspendait les unes au-dessus des autres, et il a parfaitement réussi sa démonstration. À quelques exceptions près, les tableaux les plus mémorables, tels que les portraits en buste de Frans van Mieris, les vues par la fenêtre de l’un de ses fils, Willem van Mieris, ainsi que les œuvres de maîtres tels que Jan Steen, Gabriel Metsu, Jan Davids de Heem ou Roelant Saverij, ont été placés à hauteur raisonnable, pour que l’on puisse les examiner en détail.

Les toiles proviennent des réserves du Maurtishuis, ou ont été prêtées par le Rijksmuseum et le Service des Beaux-Arts, et 40 des toiles que l’on peut admirer ont appartenu à Guillaume V.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°2 du 1 avril 1994, avec le titre suivant : Le Cabinet de peintures du prince Guillaume V

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque