Dimanche 16 décembre 2018

British Museum

L’art précolombien sans rival

Aztèques, Mayas et Toltèques

Le Journal des Arts

Le 1 novembre 1994 - 388 mots

Les Aztèques, les Mayas, les Toltèques et d’autres civilisations anciennes d’Amérique centrale sont représentés dans la collection précolombienne du British Museum, sans rivale hors du Mexique.

LONDRES - Le département d’ethnographie du British Museum revient à Bloomsbury, après vingt ans d’exil dans les locaux du Musée de l’Homme à Picadilly. La création de la nouvelle salle permanente d’art précolombien du Mexique, encouragée par le Président mexicain, s’inscrit dans le cadre plus vaste d’un programme d’échanges culturels entre le Mexique et la Grande-Bretagne, mis en place l’année dernière et qui débute avec une exposition d’art assyrien organisée par le département Moyen-Orient du British Museum. Après le Mexique, elle ira au Metropolitan de New York au début de 1995.

La galerie, qui ouvre ses portes le 4 novembre, accueillera environ deux cents pièces provenant de la collection précolombienne du British Museum. Les Aztèques, les Mayas, les Toltèques et d’autres civilisations anciennes d’Amérique centrale sont représentés dans cette collection sans rivale hors du Mexique.

Citons l’importante série de stèles mayas de Yaxhilan, gravées de symboles et de picto-idéogrammes auxquels les progrès récents dans le déchiffrage des glyphes mayas doivent beaucoup. Il faut également mentionner le codex Zouche-Nuttall, les sculptures de pierre huaxtèques ainsi que des objets rituels de la Isla de Sacrificios, où les navigateurs espagnols découvrirent pour la première fois des traces de sacrifices humains. Des pièces exposées jusqu’ici au Musée de l’Homme intégreront le nouveau lieu : ainsi les mosaïques mixtèques en turquoise, particulièrement remarquables.

Constitué au siècle dernier et, pour partie, juste après l’indépendance du Mexique en 1821, cet ensemble ne s’est guère enrichi depuis ; les acquisitions récentes restent rares du fait de la provenance incertaine de nombreuses pièces sur le marché. Il comprend quantité d’objets en pierre, en terre ou en bois – comme des gongs sculptés mixtèques – ainsi que des codex précolombiens et des débuts de la période coloniale.

La nouvelle salle était occupée par la British Library, qui se prépare à libérer trois autres pièces ; les quatre salles accueilleront dans le futur les collections d’ethnographie et d’archéologie du continent américain.

Le musée publie un guide de ses collections précolombiennes du Mexique, signé du conservateur du département Ethnographie, Colin McEwan, et intitulé Ancient Mexico , British Museum Publications, 80 pp., 40 ill n & b, 50 ill couleur ; 6,95 £ (70 F).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°8 du 1 novembre 1994, avec le titre suivant : L’art précolombien sans rival

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque