Dimanche 15 septembre 2019

Autoroute Angers-Tours

Langeais : une dernière chance ?

L’état demande une nouvelle enquête d’utilité publique

Le Journal des Arts

Le 1 avril 1994 - 408 mots

L’affaire de l’autoroute A85 qui, depuis sept ans, met en péril le château de Langeais (Indre-et-Loire) en est à son dénouement. Les ministères concernés – Culture, Environnement, Équipement et Économie – se veulent rassurants : l’autoroute ne devrait pas défigurer le site médiéval.

LANGEAIS - La polémique opposant les partisans d’un tracé de l’autoroute le long de la Loire, isolant ainsi le château de Louis XI du fleuve, et ceux prônant un contournement de la ville par le nord, via la forêt de Rochecotte et rallongeant le circuit de deux kilomètres, serait en passe de s’estomper. Prudence et mobilisation restent toutefois de rigueur pour les associations de défense du site qui notent que, pour l’heure, aucune confirmation écrite officielle de l’abandon du tracé à travers la ville n’a été promulgué. Seul, en effet, un communiqué de presse laconique, daté du 4 mars dernier, stipule que le gouvernement désire choisir, en toute connaissance de cause, entre les deux solutions proposées, après une nouvelle enquête d’utilité publique sur le tracé au nord de Langeais. L’État pourrait encore trancher en faveur de la première solution, une autoroute enterrée de plusieurs centaines de mètres au pied du château.

Rappelons quelques faits. Le 7 janvier 1991, le gouvernement de Michel Rocard déclare d’utilité publique le parcours d’une autoroute passant à moins de deux cents mètres du château, contre l’avis du Conseil d’État, de la Commission d’enquête, et malgré l’hostilité de la population locale. Le Conseil général d’Indre-et-Loire, le ministère de l’Équipement et les chasseurs sont, quant à eux, favorables à ce projet. Les associations SOS Val-de-Loire et Loire Vivante partent alors en croisade, mobilisant défenseurs du patrimoine, académiciens, écrivains et personnalités en vue. Nouvel épisode lors de l’avènement du gouvernement Balladur : après une visite du site, Michel Barnier, ministre de l’Environnement, se prononce contre ce projet qui "toucherait au lit mineur de la Loire", empruntant un bras du fleuve, comblé sur huit cents mètres en aval de Langeais.

La reconsidération de ce projet offre un réconfort certain aux défenseurs de Langeais, d’autant que l’Institut de France, propriétaire du château, s’apprête à inaugurer le 15 avril prochain le pont-levis, dernièrement restauré par les Monuments historiques. A cette occasion, une exposition célébrant le tricentenaire de la première édition du Dictionnaire de l’Académie française illustrera notre culture nationale.

Exposition : "Le Dictionnaire de l’Académie française. 1964-1994." Château de Langeais, 37130 Langeais. Tél. : (16) 49 96 72 60. Du 16 avril au 3 juillet 1994.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°2 du 1 avril 1994, avec le titre suivant : Langeais : une dernière chance ?

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque