Mardi 17 septembre 2019

Italie

La longue convalescence des musées

Un lourd héritage historique et artistique à gérer

Le Journal des Arts

Le 1 avril 1994 - 1111 mots

Après avoir examiné la situation des musées en Espagne, en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas (lire le dossier du JdA de mars au sujet du projet de loi que prépare en France Jacques Toubon), nous achevons notre tour d’Europe avec l’Italie, où un nouveau gouvernement, formé après les élections de la fin mars, devra gérer un lourd héritage.

ROME - En Italie, il est malheureusement toujours d’actualité de parler des difficultés des musées italiens. Même si, dans leur ensemble, les Instituts des musées de l’État ont reçu vingt et un millions de visiteurs en 1992, le nombre des entrées continue inexorablement de diminuer. Si l’on prend en compte les dix principaux musées italiens (les Offices, l’Académie, la Galerie Palatine, le San Marco et le Bargelo à Florence, la Galerie de l’Académie à Venise, le Palais ducal à Mantoue, les musées Capitolins à Rome, la Galerie nationale des Marches à Urbin et le château de Miramare à Trieste), on ne totalise à leur actif qu’un peu plus de 3,5 millions de visiteurs en 1990. Un chiffre inquiétant quand on sait que, selon l’Association civique sur la gestion des musées italiens, la Tate Gallery, la National Gallery et le British Museum de Londres ont, à eux trois, accueilli près de dix millions de visiteurs.

Il faut dire que la situation dans laquelle se trouvent les musées italiens n’incite guère les visiteurs à venir les fréquenter : un sur deux seulement est ouvert à des jours et heures fixes, alors que près d’un sur trois est ouvert uniquement à la demande. Ce n’est d’ailleurs qu’au mois d’avril 1993 qu’une directive ministérielle a obligé les musées d’État à ouvrir de 9h à 19h. Autre exemple de dysfonctionnement : alors que les seuls jours de fermeture autorisés par la loi sont le 1er Mai, Noël et le jour de l’An, cette règle n’est respectée que par les principaux instituts. Enfin, il n’y aurait que 6 824 gardiens pour surveiller l’ensemble des musées de l’État, soit beaucoup moins que le nombre réglementaire.

On se souvient encore d’épisodes plus ou moins récents de mauvaise gestion : il a fallu plus d’une vingtaine d’années pour que soit enfin équipé le nouveau musée de Syracuse, alors que la modernisation de celui de Metaponte, prévue en 1969, ne fut terminée qu’en 1983. Dans le même ordre d’idées, les propriétaires de la collection Jucker, après avoir attendu dix-neuf années la décision du ministère des Finances, ont finalement retiré celle-ci de la pinacothèque de Brera, où elle était en dépôt en vue d’une cession à l’État italien. Enfin, à Rome, on ne réussit toujours pas à faire partir du Palais Barberini le Cercle des officiers des Forces armées, pour permettre d’y abriter des chefs-d’œuvre qui, par manque de place, sont depuis longtemps entreposés dans des réserves. Mais ces exemples ne doivent pas assombrir exagérément l’image des musées italiens : il y en a, certes pas assez nombreux, qui, appartenant à l’État ou aux municipalités, comme le Correr à Venise, le Palais des expositions à Rome ou encore l’Opera del Duomo à Florence, fonctionnent correctement.

Il est vrai que ce n’est pas rien de "gérer" Michel-Ange, Raphaël, Léonard de Vinci, Titien, Giorgione, les villes ensevelies de Pompéi et d’Herculanum, les vestiges de la Grande-Grèce et de Rome, ou encore les magnifiques édifices urbains laissés par les pontifes.

Un patrimoine à sauvegarder
Tout ceci réuni dans 3 311 lieux, auxquels on donne le nom générique de "musées" (il en existe 2 314 en Allemagne fédérale et 1 200 en France), sans parler des 100 000  édifices religieux, des 110 000 châteaux  et des 900 grands centres historiques. En réalité il faut distinguer, dans ces 3 311 "musées", les galeries d’art, les musées archéologiques, ethnographiques, anthropologiques, historiques ou des sciences et des techniques, ainsi que les musées spécialisés et territoriaux, et autres aquariums et jardins zoologiques. Mais même en ne tenant compte que des galeries d’art et des musées archéologiques et historiques, on arrive à un total de 1 800, soit nettement plus de la moitié de l’ensemble.

Il s’agit donc de sauvegarder, conserver, restaurer et valoriser un héritage historique représentant certainement plus de la moitié du patrimoine artistique mondial, qu’il faut mettre à la disposition du plus grand nombre. L’État italien qui ne dispose que de faibles moyens financiers et d’un arsenal juridique inadapté résultant d’une volonté politique insuffisante, éprouve donc des difficultés pour faire face à cette demande. Le ministre de la Culture, Alberto Ronchey, par exemple, a été le premier à prendre réellement au sérieux sa mission de ministre chargé des biens culturels, alors que ses treize prédécesseurs (le ministère n’a été créé qu’en 1975 avec Giovanni Spadolini) ont eu tendance à la sous-estimer.

Le problème majeur des musées italiens réside dans le fait qu’ils n’ont pas de personnalité juridique propre, ce qui fait que leurs directeurs n’ont aucune autonomie et sont donc des fonctionnaires dépendant de 80 surintendances réparties sur tout le territoire, elles-mêmes simples organes exécutifs d’un pouvoir central dominé par la haute bureaucratie. Bien que l’État, avec ses 808 "Instituts d’antiquités et d’art", possède les musées les plus importants du pays (du musée égyptien de Turin à la Cène de Léonard de Vinci à Milan, en passant par l’Académie de Venise, les Offices de Florence, le Colisée de Rome et les fouilles de Pompéi), 14,6 % seulement des musées appartiennent à l’État, contre 44,4 % aux communes, 13 % à l’Église et 15,8 % à des particuliers.

De nouvelles sources de revenus
Mais ce qui apparaît comme le plus évident est le manque de moyens structurels pouvant permettre aux musées italiens de devenir plus attractifs et faciles d’accès. On pense à des distributeurs automatiques délivrant des billets d’entrée valables pour tous les musées d’un même territoire, et, pourquoi pas, à la mise en place de groupements de gestion des "services" pour les musées de la même commune ou de la même région.

La loi Ronchey de janvier 1993, restée inopérante durant plus d’une année, faute d’un décret d’application, prévoit l’instauration du "merchandising" dans les musées. Les commerçants auront notamment la possibilité de vendre des catalogues, des reproductions, des vidéocassettes, des guides et des moulages de sculptures, ainsi que d’ouvrir des bars, des restaurants, ou d’effectuer des visites guidées : en somme, tout ce qui fait habituellement partie de la vie d’un musée, qui doit permettre d’accroître le nombre de ses visiteurs et bien sûr ses bénéfices. Mais rien ne changera fondamentalement sans une réforme de fond entraînant notamment la mise en place d’une véritable organisation nationale des musées italiens, qui devra être accompagnée de l’octroi d’une autonomie financière et de gestion réelle de l’ensemble des musées. Un remède qui tarde à être administré.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°2 du 1 avril 1994, avec le titre suivant : La longue convalescence des musées

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque