La dispersion Malevitch

Deux œuvres restituées par le Busch-Reisinger Museum

Le Journal des Arts

Le 7 janvier 2000

Après la restitution par le MoMA de Composition suprématiste (lire le JdA n° 88, 10 septembre 1999) aux héritiers de Malevitch, le Busch-Reisinger Museum de Harvard se sépare de deux œuvres du peintre russe, entrées dans ses collections en 1957.

CAMBRIDGE (Massachusetts) - Datés respectivement de 1915 et 1925, une petite huile sur toile, Peinture suprématiste (Rectangle et cercle), et un dessin au crayon sans titre viennent d’être rendus aux héritiers de Kazimir Malevitch. Les œuvres avaient été confiées au Busch-Reisinger Museum, à Harvard, par Alexander Dorner, ancien directeur du musée de Hanovre, en Allemagne, qui a émigré en 1938 aux États-Unis, où il a dirigé le Musée de la Rhode Island School of Design. Malevitch avait exposé pour la première fois à Berlin en 1927, mais un retour précipité en Union soviétique l’avait obligé à abandonner ses biens en Allemagne. Mort en 1935, il n’a jamais retrouvé ses toiles. Conservées par l’architecte berlinois Hugo Häring, elles ont été transmises à Dorner qui les a montrées à Hanovre, avant de les cacher pour éviter leur pillage par les nazis. Lorsqu’il s’est enfui aux États-Unis, quelques toiles avaient déjà été récupérées en 1935 par le fondateur du MoMA, Alfred Barr, et d’autres rendues à Hugo Häring. Certaines œuvres ont été vendues au Stedelijk Museum d’Amsterdam en 1958, plusieurs ont abouti dans diverses collections, comme la National Gallery of Australia, à Canberra, le MoMA à New York ou le Kunstmuseum de Bâle. Toutefois, Dorner a traversé l’Atlantique avec la toile et le dessin de Malevitch qu’il a déposés au Busch-Reisinger, à charge pour le musée de les conserver jusqu’à ce que leur propriétaire soit retrouvé.

Les descendants de Malevitch – qui vivent en Russie, en Europe de l’Est, et sont aujourd’hui au nombre de trente et un – réclament les œuvres dispersées. En juin 1999, le MoMA a accepté de leur rendre Composition suprématiste (1923-1925), estimée 10 millions de dollars, et a versé cinq millions (environ 30 millions de francs) en contrepartie des quinze autres en sa possession. Si les héritiers ont autorisé le maintien au Busch-Reisinger Museum de la toile et du dessin, ils pourraient être vendus prochainement. Selon Peter Nisbet, conservateur du musée, Harvard a reçu plusieurs œuvres de la collection privée de Dorner, parmi lesquelles des travaux de Moholy-Nagy, Naum Gabo et El Lissitzky, et “des œuvres laissées par Dorner aux mêmes conditions que celles de Malevitch : une peinture d’Archipenko et un dessin de Willi Baumeister. J’ai toujours pensé qu’elles avaient été déposées en prêt au musée de Hanovre par divers collectionneurs et que Dorner les avait emportées pour les protéger lorsqu’il a quitté l’Allemagne.”

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°96 du 7 janvier 2000, avec le titre suivant : La dispersion Malevitch

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque