Mercredi 12 décembre 2018

Rimini

La collection Canepa au "Dinz Rialto"

L’art précolombien entre en force au musée

Le Journal des Arts

Le 1 mai 1995 - 313 mots

L’accord conclu entre la municipalité de Rimini et l’entrepreneur Ugo Canepa prévoit le dépôt de sa collection d’art précolombien, mais aussi d’art du Proche-Orient, de Chine et d’Afrique, au Musée des cultures extraeuropéennes \"Dinz Rialto\".

RIMINI - La Ville de Rimini ne deviendra propriétaire de la collection Canepa qu’à la mort de son donateur, mais elle s’engage à organiser dans l’année une exposition temporaire des nouvelles acquisitions et à présenter, avant trois ans, la section précolombienne de la collection dans une salle du château Malatesta, voisin du "Dinz Rialto". De cette façon, tout en s’intégrant au parcours du musée, la collection Canepa conservera sa propre identité.

Forte d’un millier de pièces, la section précolombienne constitue le noyau principal de la collection, qui réunit en outre sept cents objets provenant du Proche-Orient, de Chine et d’Afrique. Cette section offre un vaste panorama des productions les plus significatives de l’Amérique pré-hispanique : sculptures de pierre, terres cuites, équipements pour le jeu de balle, meules, tissus de plumes, instruments de musique, masques de bronze, etc.

Elle privilégie les grandes traditions artistiques de l’Ouest mexicain, de l’Équateur et du Pérou : sculptures anthropomorphes du Nayarit, art des chamans de la Colima, guerriers du Jalisco, bouteilles Moche, figures de La Tolita.

Avec l’entrée de la collection Canepa, la section précolombienne du jeune musée "Dinz Rialto", créé en 1972, devient la troisième d’Italie, après celles du Musée Pigorini de Rome et du Musée d’anthropologie de Florence.

Nul ne connaît encore la présentation qui sera retenue, mais on sait déjà que les objets seront étudiés par le professeur Laura Laurencini-Minelli, de l’université de Bologne, qui a déjà travaillé avec le musée de Rimini, et qui a joué un rôle non négligeable dans le processus de donation de la collection Canepa. Les fonds pour la restructuration d’une nouvelle aile du château Malatesta ont été débloqués, et les travaux ont déjà commencé.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°14 du 1 mai 1995, avec le titre suivant : La collection Canepa au "Dinz Rialto"

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque