Samedi 17 novembre 2018

Il faut cultiver son jardin

Initiatives et mesures publiques en faveur des parcs

Le Journal des Arts

Le 16 mai 2003 - 943 mots

Parallèlement à six nouvelles mesures en faveur des parcs et des jardins, le ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, a annoncé le lancement d’une manifestation pour le patrimoine vert, “Rendez-vous aux jardins”?, dont la première édition se déroulera du 23 au 25 mai prochains. Découvertes et animations rythmeront ces journées dans plus de 800 lieux.

PARIS - Après Monum vert, organisé en 2002 par le Centre des monuments nationaux, le ministère de la Culture lance une nouvelle opération destinée à promouvoir le patrimoine jardinier. Baptisée “Rendez-vous aux jardins”, cette initiative égaiera durant trois jours – du 23 au 25 mai – plus de 800 parcs et jardins en France (lire l’encadré). Au programme, spectacles, rencontres, illuminations et animations. Tandis que le vendredi 23 sera consacré au projet pédagogique “Adoptez un jardin”, mis en place en 1996 par les ministères respectifs de la Culture, de l’Éducation nationale, de l’Environnement et de l’Agriculture, le samedi 24 mettra à l’honneur les jardiniers, qui livreront au public leurs secrets et astuces. Le lendemain, ce sera au tour des propriétaires ou responsables de parcs, privés ou publics, de recevoir et d’informer les visiteurs. Ces “Rendez-vous”, qui devraient avoir lieu désormais chaque quatrième week-end du mois de mai, ne constituent qu’un des aspects de la politique qu’entend mener Jean-Jacques Aillagon en faveur des jardins. Simultanément au lancement de cette manifestation, le ministre de la Culture a en effet annoncé la mise en place d’une série de mesures dans ce domaine, comme la création d’un Conseil national des parcs et jardins chargé de fédérer l’ensemble des acteurs publics et privés du secteur, mais aussi de donner un avis sur les questions d’entretien, de création, de valorisation et de promotion des espaces verts. Présidé par Jean-Pierre Bady, conseiller maître à la Cour des comptes et ancien directeur du Patrimoine, il sera composé de représentants de ministères (Culture, Agriculture, Écologie, Tourisme), collectivités territoriales et associations, ainsi que de personnalités diverses (paysagistes, propriétaires de jardins, historiens, botanistes…). Ses domaines de compétence viendront compléter ceux de la commission supérieure des Monuments historiques et des sites (section parcs et jardins), instance de conseil dont le rôle est d’examiner les propositions de classement au titre des monuments historiques et les projets de travaux dans les jardins classés. La généralisation de plans de gestion pluriannuels destinés, comme l’a indiqué le ministre, à “prévenir la dégradation plutôt qu’à engager une restauration lourde une fois que la dégradation d’un jardin est devenue irréversible”, est également envisagée. Sont en outre prévus soixante nouveaux chantiers de restauration (à Azay-le-Rideau, Fontainebleau, Versailles, Rambouillet, Compiègne, Lunéville, Villandry, Chantilly, etc.) et une protection accrue des jardins.
Sur les 5 000 espaces verts qui se distinguent, en France, par leur histoire, leur créateur ou leur richesse botanique, 1 676 seulement sont protégés au titre des monuments historiques (1). Le ministre souhaite voir leur nombre s’accroître et étendre le champ de leur protection. Bien que les édifices inscrits ou classés bénéficient d’une réglementation protégeant leurs abords dans un rayon de 500 mètres, il faut savoir qu’un jardin, s’il ne comporte pas d’éléments construits explicitement protégés, ne génère pas de périmètre de protection – une situation que cherche à faire évoluer Jean-Jacques Aillagon. Ainsi du parc de Vaux-le-Vicomte (lire le JdA n° 131, 31 août 2001), à proximité duquel une usine d’incinération d’ordures ménagères pourrait voir le jour... Enfin, le ministre a annoncé, au cours des cinq ans à venir, la création de dix jardins contemporains dans des espaces “souvent en déshérence ou meurtris par la tempête, dans des parcs attenants à des monuments historiques ou dans des jardins urbains”. Les résidences de Mme de Montespan à Oiron (Deux-Sèvres, Poitou-Charentes) ou de George Sand à Nohant (Indre, Centre), le château bourguignon de Bussy-Rabutin (Côte-d’Or), le cloître lorrain de la cathédrale de Saint-Dié (Vosges) ou encore l’abbaye de Silvacane (Bouches-du-Rhône) en Provence devraient ainsi prochainement changer de physionomie...

(1) La protection au titre des monuments historiques (par le classement ou l’inscription sur l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques) permet le contrôle de l’État sur ces jardins en vue de leur conservation et de leur restauration. Toute modification d’un site protégé est en effet assujettie à une autorisation (pour les jardins classés) ou à une déclaration préalable (dans le cas des jardins inscrits).

Jardins en fête

Voici une sélection, région par région, des parcs et jardins associés aux “Rendez-vous aux jardins”? les samedi 23, vendredi 24 et dimanche 25 mai. Leur liste complète est disponible sur le site du ministère de la Culture, www.rendezvousauxjardins.culture.fr, tél. 01 40 15 37 37 (du 19 au 25 mai). Alsace : jardin d’inspiration médiévale du château du Haut-Kœnigsbourg, tél. 03 88 82 50 60 ; Auvergne : jardins anglais du château de La Chassaigne (Thiers), tél. 04 73 80 59 08 ; Bretagne : parc botanique de Cornouaille (Combrit), tél. 02 98 56 44 93 ; Centre : jardin du château d’Amboise, tél. 02 47 57 00 98 ; Champagne-Ardenne : jardins de la ville de Troyes, tél. 03 25 73 36 88 ; Île-de-France : jardin des Tuileries et parc de Sceaux ; Languedoc-Roussillon : jardin de la chartreuse pontificale du Val-de-Bénédiction (Villeneuve-lès-Avignon), tél. 04 90 15 24 24, jardin aromatique de la Trilla, tél. 04 68 59 22 62 ; Basse-Normandie : jardin du château de Brécy, tél. 02 31 80 11 48 ; Picardie : parc du château de Compiègne, tél. 03 44 38 47 00 ; Provence-Alpes-Côte d’Azur : jardin du monastère de Cimiez et parc des Arènes (Nice), tél. 04 93 13 20 00, jardin du pavillon Lanfant (Aix-en-Provence), tél. 04 42 23 48 80 ; Rhône-Alpes : parc du château de Saint-Marcel (Marigny-Saint-Marcel), tél. 04 50 01 09 31.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°171 du 16 mai 2003, avec le titre suivant : Il faut cultiver son jardin

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque