Vendredi 23 février 2018

Haro sur Picasso

Polémique autour du musée de Barcelone

Le Journal des Arts

Le 19 novembre 2009

Les travaux de restructuration et d’agrandissement du Musée Picasso, situé dans le centre historique de Barcelone, devraient bientôt commencer, en dépit des protestations d’une association de défense du patrimoine qui craint que le caractère médiéval du quartier ne soit altéré par la destruction de plusieurs im­meubles du voisinage.

BARCELONE (de notre correspondante). Conçu par les architectes Jordi Garcés et Enric Sòria, le projet de réaménagement et d’extension du Musée Pi­casso devrait porter sa superficie totale à 10 500 m2 : les 7 896 m2 de l’édifice actuel seront restruc­turés et 2 600 m2 seront bâtis sur les terrains de deux palais contigus, dont seu­les les façades seront conservées. Le musée, qui occu­pe actuellement les n° 15, 17 et 19 de la calle Montcada, s’appropriera en effet les demeures situées aux n° 21 et 23. L’opération, dont le coût total se situe autour du milliard de pesetas (40 millions de francs), sera entièrement financée par la municipalité de Barcelone, propriétaire du musée. Pour faciliter l’accès des 800 000 visiteurs annuels, la Ville a également demandé aux architectes de créer une nouvelle entrée, sur le côté opposé à l’entrée actuelle. Les immeubles n° 22, 24, 26 et 28 de la calle Flassaders seraient ainsi démolis pour laisser place à un jardin de sculpture qui précéderait la nouvelle voie d’accès. Cependant, une Association des défenseurs du centre historique de Barcelone veut empêcher la réalisation de ce projet, qui "menace la configuration médiévale du quartier".

Redéploiement de la collection permanente
Les architectes se sont au contraire déclarés soucieux de préserver la valeur historique et artistique de l’ensemble des édifices, en cherchant à harmoniser les différentes façades. "Inauguré en 1963, le Musée Picasso a déjà été réaménagé en partie en 1986, et l’intervention actuelle se fera dans le même esprit", a déclaré de son côté Ferran Mascarell, directeur général de l’Institut culturel de Barcelone, qui précise les objectifs de la restructuration : "Les services seront rassemblés au rez-de-chaussée – salle de conférences, boutiques, vestiaire, bar, restaurant, etc. –, et le premier étage accueillera l’administration, la conservation, la restauration, la bibliothèque et la collection permanente. Cette dernière sera redéployée afin d’offrir une meilleure compréhension de l’œuvre de Picasso, mais également de manière à permettre aux visiteurs d’apprécier l’architecture de ces palais anciens. La superficie des salles d’exposition permanente restera inchangée (1 766 m2), mais la construction de l’extension permettra d’augmenter sensiblement l’espace réservé aux expositions temporaires, qui passera de 623 m2 à 1 086 m2."

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°30 du 1 novembre 1996, avec le titre suivant : Haro sur Picasso

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque