Samedi 24 février 2018

Berlin

Hamburger Banhof : ouverture retardée

Le nouveau musée d’art contemporain n’ouvrira pas avant 1996

Le Journal des Arts

Le 1 juin 2010

La controverse sur l’installation d’un musée d’art contemporain dans l’ancienne Hamburger Bahnhof de Berlin rebondit. Construite en 1846, la gare a été bombardée durant la Seconde Guerre mondiale, et est devenue propriété du Sénat de Berlin en 1985.

BERLIN - Ce bâtiment de la fin de la période néoclassique a été choisi en 1987 pour abriter le département d’art contemporain de la Neue Nationalgalerie. Remanié, il aurait dû être inauguré en 1993, mais la restauration s’éternise et l’ouverture au public n’aura pas lieu avant 1996. Le coût des transformations, 91 millions de deutschmarks (315 millions de francs environ), sera réglé par le Land de Berlin. Les travaux ont été confiés sur concours, en 1989, à un architecte local, M. Kleihues.

 Wulf Herzogenrath, ancien directeur du Kunstverein de Cologne, avait été nommé dès 1989 à la tête du futur musée, mais il vient d’être remplacé par Peter-Klaus Schüster, directeur-adjoint de la Neue National­galerie. Le renvoi de M. Herzogenrath tiendrait à la rigueur dont il a fait preuve dans ses rapports avec l’équipe qui préparait le transfert. L’une des tâches de son successeur sera d’obtenir un accord entre les quatre musées qui se partageront le nouvel espace d’exposition (Kupferstich­­kabinett, Kunst­bibliothek, Kunst­gewerbe­museum et National­galerie) et Heiner Bastian, qui gère depuis dix-huit ans la collection d’œuvres d’art d’un entrepreneur, Erich Marx.

Heiner Bastian fait partie, comme MM. Schüster et Kleihues, de la commission chargée de l’aménagement de la gare. La collection de M. Marx, en dépôt au musée de Mönchengladbach jusqu’à fin 1994, doit constituer le noyau du musée de la Hamburger Bahnhof. Elle comprend surtout des œuvres de Beuys, Warhol, Rauschenberg, Lichtenstein, Twombly, Judd et Schnabel, ainsi que celles de représentants du courant italien "Transavanguardia" et du Néo-expressionnisme allemand.Au départ, il avait été envisagé d’y joindre des œuvres conservées à la Neue Nationalgalerie. Mais MM. Marx et Bastian considèrent leur collection comme une entité et ne veulent pas envisager de la voir exposée avec des œuvres de vidéo-art dus à des créateurs tels que Nam June Paik, Bill Viola ou Marie-Jo Lafontaine.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°5 du 1 juillet 1994, avec le titre suivant : Hamburger Banhof : ouverture retardée

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque