Vendredi 19 octobre 2018

Et maintenant... la Grèce

Le Journal des Arts

Le 20 janvier 2006 - 345 mots

Le pays revendique quatre pièces de la collection du Getty.

LOS ANGELES - Le 30 novembre 2005, la Grèce a annoncé son intention de poursuivre en justice le Getty. Le pays soutient que quatre objets antiques des collections de l’institution américaine y seraient entrés illégalement. Selon Pétros Tatoulis, le secrétaire d’État grec à la culture, cette action se révèle nécessaire, car le Getty serait resté muet face à ses efforts de négociation et de communication. Le conseil juridique de l’État grec examine actuellement les termes légaux de cette action. Les antiquités litigieuses sont trois objets acquis en 1993 pour 5,2 millions de dollars (28 millions de francs français de l’époque) : une stèle gravée, une couronne mortuaire en or du IVe siècle av. J.-C. et, selon toutes vraisemblances, un torse en marbre. Le quatrième objet, un relief votif, a été acquis en 1955 par J. Paul Getty en personne.

Première requête de rapatriement en 1996
Le ministère grec de la Culture a depuis longtemps pris contact avec le musée américain, entretenant notamment une correspondance avec Marion True. Il nous a indiqué avoir formulé dès 1996 une requête de rapatriement des antiquités, dénonçant leur vol et leur trafic illicite. À cette date, Marion True a répondu que le musée allait examiner la requête, et, en 1998, qu’il allait donner sa réponse une fois sa documentation étudiée par ses conseillers juridiques. En mai 2005, la Grèce a repris contact avec le musée, mais sans succès. Le 14 novembre, le ministère a fait savoir au Getty qu’il se voyait dans l’obligation de prendre des dispositions conformément à la loi nationale grecque sur les antiquités. Trois jours après, le musée répondait que son nouveau directeur, Michael Brand, avait l’intention de discuter du sujet avec la Grèce dès sa prise de fonctions, le 2 janvier 2006. Dans un communiqué daté du 22 novembre, le Getty se dit « déçu que le gouvernement grec ait recours à une action juridique, alors que le Getty avait montré sa volonté de prendre en considération toutes preuves et d’en discuter en toute bonne foi ».

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°229 du 20 janvier 2006, avec le titre suivant : Et maintenant... la Grèce

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque