Vendredi 13 décembre 2019

Entente cordiale

Par Le Journal des Arts · Le Journal des Arts

Le 2 avril 2004 - 147 mots

LEEDS - Le Royal Armouries Museum (Musée d’armes et d’armures royales) de Leeds, en Grande-Bretagne, a restitué le 28 février les éléments manquants d’une armure française du XVIe siècle conservée au Musée de l’armée à Paris.

Les tassettes, qui servent à protéger le haut des jambes, auraient été dérobées au musée par un soldat britannique en 1815 après la bataille de Waterloo, avant d’intégrer, en 1927, la collection du Royal Armouries Museum. Les collections nationales du Royaume-Uni étant inaliénables, les tassettes ont été restituées dans le cadre d’un prêt à long terme, susceptible de se prolonger ad infinitum. Paul Evans, directeur des Royal Armouries, a déclaré : « Ces tassettes sont des articles d’une grande beauté provenant de l’artisanat médiéval, mais nous n’avons jamais pu les exposer car le reste de l’armure se trouve au Musée de l’armée ; ainsi leur restitution tombait sous le sens. »

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°190 du 2 avril 2004, avec le titre suivant : Entente cordiale

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque