Mercredi 19 février 2020

Emile Gallé - Commode Le Sang d’Arménie

Par Bertrand Dumas · L'ŒIL

Le 14 décembre 2015 - 366 mots

Le Petit Palais à Paris s’offre son premier meuble d’Émile Gallé. Un chef-d’œuvre d’ébénisterie autant qu’un fait d’arme politique.

1900
Le Sang d’Arménie est pour la première fois présenté à l’Exposition universelle de Paris en 1900. Le Petit Palais, inauguré pour la manifestation, se devait d’accueillir ce meuble d’exception produit en quatre exemplaires dont celui de l’Exposition universelle qui est aujourd’hui conservé au Musée des beaux-arts de Reims (donation Henry Vasnier).

80 000 €
C’est le prix déboursé par le Petit Palais pour acquérir auprès de la Galerie Tobogan Antiquités (Paris) son premier meuble d’Émile Gallé. Le pionnier de l’Art nouveau n’était représenté jusque-là que par des céramiques et des verreries.

Meuble
politiqueAprès le premier génocide des Arméniens perpétré par les Turcs de 1894 à 1896, Gallé décide d’interpeller les puissances occidentales restées muettes face au massacre. Pour ce faire, il se saisit de l’Exposition universelle pour présenter au monde Le Sang d’Arménie, un meuble au décor réaliste décrit comme suit par l’ébéniste : « On y voit passer, sur les champs fauchés de tulipes, l’islam ; on y voit rugir la folie féroce, le souffle de rage et de mort ; derrière des horizons de meurtre et de viol, églises, bourgades en flammes, provinces embrasées, dedans des marais de rubis caillés, on voit se mirer le croissant qui s’est encore une fois saoulé de sang chrétien. » Une description d’une troublante actualité en 2015, année du centenaire du génocide arménien et de l’escalade meurtrière des attentats commis par Daech au nom d’un islam dévoyé.

Hugo
« Prenez garde à la sombre équité, prenez garde ! » Cette citation de Victor Hugo, tirée de La Légende des siècles (chapitre XXXIII, « Le Cercle des tyrans »), est gravée sur la ceinture basse du meuble console. Gallé, qui fut trésorier de la Ligue française des droits de l’Homme, partageait les combats politiques de son illustre aîné et, comme lui, n’hésita pas à engager sa notoriété pour défendre les causes qu’il estimait justes.

Essences parlantes
L’ébéniste n’a pas choisi au hasard les essences du meuble. Pour le bâti, il employa le noyer de Turquie et pour lamarqueterie le pêcher Prunus armeniaca (abricotier), l’arbre national de l’Arménie, le pays martyr.

Cet article a été publié dans L'ŒIL n°686 du 1 janvier 2016, avec le titre suivant : Emile Gallé - Commode Le Sang d’Arménie

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque