Vendredi 28 janvier 2022

Grands sites

Douze sites patrimoniaux européens menacés

Par Alice Fiedler · lejournaldesarts.fr

Le 16 décembre 2020 - 645 mots

EUROPE

Europa Nostra a présenté sa pré-sélection de sites patrimoniaux en danger. Sept d’entre eux obtiendront des fonds (modiques).

Le monastère Dečani au Kosovo. © Dečani monastery/Europa Nostra
Le monastère Dečani au Kosovo.
© Dečani monastery / Europa Nostra

Europa Nostra, une ONG européenne créée en 1963 qui œuvre à la sauvegarde du patrimoine culturel et naturel européen, a présenté la pré-sélection des sites les plus menacés, le 10 décembre 2020. 

La majorité des douze sites sont dans le sud-est de l’Europe.

Au Kosovo, le monastère Dečani (XIVe siècle) a subi des attaques successives et se trouve continuellement sous protection militaire. Le bureau de poste central à Skopje, capitale de la Macédoine du Nord, qui incarne le style architectural moderniste brutaliste de l'après-guerre, a souffert d’un incendie. À Tbilissi, la forteresse Narikala, le plus ancien monument en Géorgie situé sur la route de la soie, a été en partie détruit par un tremblement de terre. Idem pour le cimetière multiconfessionnel de Mirogoj en Croatie. D’une architecture néoclassique, il est composé d’espaces ouverts, de pavillons, dômes et arcades. En Bulgarie, le Modern Theatre est l’un des premiers cinémas en Europe. Il a survécu aux bombardements de Sofia en 1944 et aux changements de régime qui ont suivi, mais se détériore depuis sa fermeture en 2013. 

Deux sites menacés se trouvent en Italie : le Palais Ca' Zenobio à Venise, d’architecture baroque et longtemps utilisé comme centre culturel d’échange entre l’Europe et le Moyen-Orient, a fermé et est resté inoccupé. À Vérone, le Jardin Giusti, typique de la Renaissance et enrichi de statues et de fontaines mythologiques, a été frappé par trois orages violents. Datant de 1570, il était une étape pour des visiteurs distingués, tel le Tsar Alexandre 1e de Russie, le poète Goethe ou encore Mozart. 

En Allemagne, un site présélectionné à Cologne est un ensemble d’espaces verts intégrés dans le paysage urbain, créé dans les années vingt. En Autriche, l’Achsensee Railway, un chemin de fer à vapeur qui est en service depuis 130 ans et qui exploite son équipement d’origine, risque de disparaître. En Espagne, il s’agit de l’ermitage et la chapelle San Juan de Socueva, encastrée dans les montagnes en région de Cantabrie, datant de 660-680 après J.C.

Un site français figure également dans la liste : l’église de Saint-Denis à Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais, qui témoigne des liens de la France avec l’Angleterre et l’Amérique du Nord. Ses riches intérieurs, de mouvements artistiques variés allant du XVe au XIXe siècle, se sont détériorés en raison d’un manque de maintenance.

« Ces sites remarquables incarnent notre histoire commune et sont une source inexploitée de croissance et de bien-être pour les régions et les pays concernés, et pour l'Europe dans son ensemble, » déclare Hermann Parzinger, président exécutif d'Europa Nostra.

Critères de sélection

La pré-sélection est effectuée par un comité consultatif international, composé de spécialistes en histoire, archéologie, architecture, conservation et finances. Les sept finalistes sont ensuite choisis par l’ONG Europa Nostra. Ils seront dévoilés en mars 2021.

Les critères de sélection sont la valeur culturelle des sites, la gravité du danger auquel ils sont confrontés et le niveau d’engagement des communautés locales, acteurs publics et privés. Un autre critère pris en compte est la capacité des sites à être des catalyseurs socio-économiques durables dans la région. 

Europa Nostra collabore dans ce projet avec l’Institut EIB (European Investment Bank) et a le soutien du programme Creative Europe, de la Commission européenne. Les lauréats obtiendront une bourse d'un montant jusqu’à 10 000 euros afin d’aider à la mise en œuvre de leurs travaux de protection. 

Le programme existe depuis 2013. Les sites sont signalés par le réseau d’organisations membres pan-européen d’Europa Nostra. En 2016, la lagune de Venise avait été désignée, en plus des sept lauréats, comme le site le plus menacé d'Europe. Europa Nostra avait alors demandé au Comité du patrimoine mondial de placer la ville et sa lagune sur la liste du Patrimoine mondial en péril, en raison de son importance historique et des défis posés.

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque