Mardi 18 décembre 2018

Collection

Dessins en or pour le MoMA

Le Journal des Arts

Le 3 décembre 2004 - 895 mots

Harvey S. Shipley Miller a acquis récemment 2 500 dessins de 400 artistes contemporains. Il projette de donner prochainement cet ensemble exceptionnel au Museum of Modern Art de New York.

NEW YORK - Au printemps 2003, Harvey S. Shipley Miller a été pris d’une frénésie d’achats, accumulant en très peu de temps quelque 2 500 dessins de 400 artistes contemporains de 20 pays différents. Il projette aujourd’hui d’offrir son butin au Museum of Modern Art (MoMA), récemment rouvert à Manhattan (lire le JdA n° 203, 19 novembre 2004), dont il est l’un des administrateurs, membre de la commission des dessins.

La plupart des œuvres de sa collection sont postérieures à 1980. H. S. S. Miller estime l’ensemble aux alentours de 75 millions de dollars (57,5 millions d’euros), mais assure avoir dépensé « moins du dixième » de cette somme, et ce, grâce aux fonds de la Fondation Judith Rothschild dont il est l’administrateur unique. Âgé de 55 ans, avocat et financier diplômé de Harvard, ami proche de l’artiste new-yorkaise Judith Rothschild, il est devenu, à la mort de celle-ci en 1993, l’exécuteur testamentaire des 42 millions de dollars qu’elle laissait, ainsi que le directeur d’une fondation pour les artistes disparus sans être reconnus. Selon le vœu de l’artiste, tous les avoirs de la fondation doivent être dépensés avant 2018, et H. S. S. Miller a déjà donné ou mis en vente beaucoup de ses œuvres ou de celles que Judith Rothschild avait héritées de ses parents. D’après lui, la valeur des actifs de la fondation s’élève aujourd’hui à 30 millions de dollars.

À côté de la promotion des artistes non reconnus, H. S. S. Miller peut prendre des « initiatives à sa discrétion » en faveur des musées. Il est aujourd’hui mécène du Metropolitan Museum of Art, à New York, de la National Gallery de Washington et du Philadelphia Museum of Art. En 2001, il a fait don au MoMa d’une collection de 1 400 livres d’artistes de l’avant-garde russe d’une valeur de 6,5 millions de dollars et, depuis, est devenu membre du conseil d’administration de l’institution new-yorkaise.
Si le MoMa ne souhaite pas s’exprimer sur l’accueil qu’il réserve à ce dernier don, Gary Garrels, à la tête du département des Dessins, a depuis longtemps soutenu le travail de H. S. S. Miller, lui indiquant régulièrement, ainsi qu’à son expert conseil André Schlechtriem, des achats intéressant le musée.
Pour la constitution de cette collection, Harvey S. Shipley Miller a trouvé la plupart des œuvres de qualité à New York, Londres, Glasgow, Los Angeles, Berlin, Cologne et Düsseldorf. « En apprenant que ces dessins devaient être offerts au MoMa, la plupart des marchands européens et américains nous ont accordé des remises et des facilités de paiement. » Beaucoup, ajoute-t-il, y compris quelques artistes, ont renoncé à leur commission et octroyé des cadeaux. Ainsi la veuve de Roy Lichtenstein a-t-elle fait partiellement don d’un collage et Douglas Gordon a-t-il offert des carnets relatifs à ses films.

H. S. S. Miller décrit la collection comme « un panorama, et non une encyclopédie ». « Nous disposons d’ensembles représentatifs de toutes les approches artistiques sur papier », souligne-t-il en énumérant une liste d’artistes allant de Philip Guston, Andy Warhol, Jasper Johns, Ellsworth Kelly, Cy Twombly, Richard Serra ouVija Celmins jusqu’à Ray Johnson, Franz West, Hanna Wilke, Sherrie Levine, Jim Hodges, Mike Kelley, Paul McCarthy, Paul Noble, et d’autres d’artistes – parmi lesquels Judith Rothschild ne figure pas.

La collection est particulièrement riche en artistes allemands : 32 dessins de Penck, 16 d’Immendorf, 20 de Kay Altoff et 25 de Lupertz, beaucoup d’entre eux étant cédés par Michael Werner, marchand installé à New York et à Cologne, au prix où il a pu les acquérir dans les années 1970. Elle compte aussi des œuvres de Gerhard Richter, Anselm Kiefer, Georg Baselitz, Sigmar Polke – lequel a également donné des pièces de sa collection –, et 35 œuvres de Joseph Beuys, artiste capital qui n’était représenté au MoMa que par une seule feuille exposable. Il a également acquis des dessins d’artistes français, à l’exemple de la dizaine d’œuvres de Jean-Luc Verna, achetées chez Air de Paris à la Foire de Bâle. À New York, le galeriste Matthew Marks a procuré deux dessins de Jasper Johns sur polyester, des œuvres de Lucian Freud et des frères Chapman, tandis que Sadie Coles, à Londres, fournissait des Sarah Lucas et des Angus Fairhurst. Barbara Gladstone a cédé des œuvres de Richard Prince, Rosemarie Trockel, Anish Kapoor, Matthew Barney, et Marian Goodman des dessins de William Kentridge et Tacita Dean, ainsi que des créations de Giovanni Anselmo et Mario Merz. David Zwirner a vendu des dessins de Matta-Clark, Martin Kippenberger, Yayoi Kusama, Marcel Dzama, et a introduit H. S. S. Miller auprès d’Eileen et Michael Cohen, collectionneurs new-yorkais qui ont donné une partie de leur collection riche de plus d’une centaine d’œuvres d’art minimal et conceptuel.

« Nous travaillons à l’inventaire de la collection pour l’offrir au MoMa au début de 2005 », annonce H. S. S. Miller, précisant que la donation s’accompagnera d’une exposition itinérante, d’un catalogue raisonné, et d’un livre illustré. « Elle suscite beaucoup d’enthousiasme, mais si le musée ne veut en retenir qu’une partie, nous aviserons en temps voulu. Il n’est pas question pour moi d’imposer quoi que ce soit au MoMa, c’est à son équipe d’en éprouver le désir. » 

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°204 du 3 décembre 2004, avec le titre suivant : Dessins en or pour le MoMA

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque