Vandalisme

Des activistes ont détérioré deux statues de la nouvelle antenne du Musée national du Palais

Par Julie Paulais · lejournaldesarts.fr

Le 7 janvier 2016 - 552 mots

CHIAYI / TAIWAN

CHIAYI (TAIWAN) [07.01.16] – Deux personnes ont répandu de la peinture rouge et gravé des slogans dénonçant l’influence culturelle chinoise à Taïwan sur deux statues en bronze exposées à l’extérieur de la nouvelle antenne du Musée national du Palais.

Seulement quelques jours après son inauguration, l’antenne du Musée national du Palais a été victime de vandalisme, relate The Guardian. Deux personnes, ont vandalisé une paire de statues en bronze placées à l’extérieur du bâtiment, en les recouvrant de peinture rouge et de graffitis anti-chinois.

Ces deux statues avaient été offertes au musée par l’acteur Jackie Chan, né à Hong Kong mais connu pour son attitude pro-Chine, qui lui a attiré de nombreuses critiques. Il s’agit de deux têtes d’animaux appartenant au zodiaque chinois, un dragon et un cheval, répliques de celles ornant la célèbre fontaine zodiacale de l’ancien Palais d’été à Pékin, créée à l’époque de l’empereur Qianlong (1736-1795). Ces douze têtes en bronze ont été pillées par les troupes françaises et britanniques en 1860 et sont devenues le symbole de la souffrance de la Chine sous l’oppression étrangère. En 2013, François-Henri Pinault a racheté à Pierre Bergé deux têtes originales en bronze provenant de cette fameuse fontaine, un lièvre et un rat, et les a restitués à la Chine, qui a salué ce « témoignage de l’amitié envers le peuple chinois et une contribution à la restitution de vestiges spoliés ».

La police locale a lancé une enquête et a constaté que le vandalisme a été commis par un homme et une femme, non identifiés pour l’instant. Le slogan peint sur les bases des deux œuvres, « front culturel uni », est utilisé à Taïwan pour critiquer les tentatives de la Chine visant à exercer une influence culturelle sur l’île de Taïwan, indépendant depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Les tensions politiques entre Taiwan et la Chine continentale se sont exacerbées ces derniers temps, et les statues symboliques de la domination chinoise ont souvent été prises pour cible par des militants nationalistes taïwanais, qui restent profondément méfiants quant à l’influence de Beijing sur l’île. Des statues de l’ancien dirigeant de Taïwan Tchang Kaï-chek sont ainsi régulièrement vandalisées par de jeunes taïwanais.

Le musée, célèbre pour conserver la plus vaste collection d'art chinois (plus de 690 000 objets), a fermement condamné l'attaque, et s’est interrogé sur les motivations de cet acte. « Une grande partie de la collection du Musée national du Palais provient de la collection impériale Qing, il s’agit de pièces culturelles chinoises », a précisé un communiqué du musée, « Si présenter des reliques liées à la culture chinoise est considéré comme “front uni”, comment le musée peut-il continuer à fonctionner ? ». Le musée a déclaré que les statues avaient déjà été nettoyées, et que la sécurité avait été renforcée pour les protéger.

La nouvelle antenne du Musée national du Palais venait juste d’être inaugurée, le 28 décembre 2015, quinze ans après le lancement des travaux. Construit dans la ville méridionale de Chiayi dans le but de dynamiser ce territoire reposant principalement sur l’économie agricole, le nouveau musée a été dessiné par l'architecte taïwanais Kris Yao et dispose d’une surface de 9 000 mètres carrés. La directrice des deux musées, Feng Ming-chu, a déclaré espérer y attirer 1,5 million de visiteurs la première année.

Légendes photos

La statue du dragon vandalisée devant le Musée national du Palais à Chiayi, le 31 décembre 2015 © photo CNA / AFP

La réinterprétation de Ai Wiewei du "Dragon" volé en 1860 au Palais d'Été de Pékin
Ai Weiwei, Circle of Animals / Zodiac heads, 12 éléments, 2010, bronze, oeuvre présentée par la Lisson Gallery pendant la Fiac 2015, jardin des Tuileries, Paris - le 24 octobre 2015 © photo Ludosane

Thématiques

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque