Mercredi 21 février 2018

Corbu select

Ses œuvres ornent un club privé

Le Journal des Arts

Le 6 août 2008

Minoru Mori, l’un des hommes les plus fortunés du Japon, collectionne les œuvres de Le Corbusier depuis le milieu des années quatre-vingt. Il a rassemblé quelque 200 peintures, dessins, sculptures et gravures du célèbre architecte suisse, qu’il présente aux membres de son très sélect club privé, à Tokyo.

TOKYO (de notre correspondante) - Si Minoru Mori s’intéresse autant aux œuvres de Le Corbusier, c’est sans doute parce qu’il est, en association avec son frère Akira, propriétaire d’une gigantesque société de construction. Le groupe Mori s’est spécialisé dans les réalisations prestigieuses. Il édifie actuellement à Shanghai un gratte-ciel qui sera le plus haut du monde, et possède des locaux commerciaux et des habitations privées parmi les plus chics de Tokyo. Citons par exemple Ark Hills, véritable “ville dans la ville”, qui comprend des hôtels, des appartements, une salle de concerts et des bureaux, et occupe une position géographique de choix, avec vue sur l’ambassade américaine. Perchée au sommet de la tour centrale, se trouve la dernière réalisation de Minoru Mori : l’Ark Hills Club, réservé aux mille membres prêts à payer un droit d’entrée de 3 millions de yens (environ 1,5 million de francs). Pour cette somme, ils ont droit à de luxueuses installations pour les réceptions, à un saisissant panorama à 360° sur Tokyo, et ont la chance de pouvoir admirer la collection de Minoru Mori accrochée dans le hall d’entrée et dans les différentes salles.

Selon Yukiko Harada, la spécialiste de Le Corbusier chargée de la collection du magnat japonais, ce dernier était à l’origine surtout intéressé par les plans de l’architecte. La plupart étant conservés à la Fondation Le Corbusier à Paris, Minoru Mori a dû se tourner vers ses peintures, gravures, sculptures et dessins. Il en a acquis environ deux cents au cours des douze dernières années, à l’occasion de ventes ou par l’intermédiaire d’un marchand new-yorkais, et, apparamment, il poursuit ses achats.

L’Ark Hills Club présente une dizaine de tableaux exécutés entre 1917 (période à laquelle Le Corbusier a réalisé ses plus belles peintures) et les années cinquante qui montrent l’évolution de l’architecte, passant d’un purisme sobre et ordonné à des lignes plus libres, colorées et sensuelles. Est également exposée une sculpture sur bois inspirée du style Le Corbusier et réalisée par son ami, l’artisan Joseph Savina. Cette pièce est importante, car elle a largement influencé l’architecture de la célèbre Notre-Dame-du-Haut, à Ronchamp (1950-1955). Des lithographies, des dessins et d’autres sculptures viennent compléter l’ensemble. “Aucun autre club ne peut prétendre posséder une aussi riche collection”, souligne Yukiko Harada. Près de 100 œuvres seront montrées simultanément et l’accrochage sera renouvelé chaque année.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°78 du 5 mars 1999, avec le titre suivant : Corbu select

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque