Brou prend de l’altitude

La haute toiture à la française de l’église de Brou va être reconstruite

Le Journal des Arts

Le 1 juin 1996

Le rétablissement du grand comble \"à la française\" de l’église de Brou devrait redonner à l’édifice toute sa cohérence esthétique et sa magnificence.

BOURG-EN-BRESSE -"La doctrine des Monu­ments historiques veut que l’on restaure les monuments dans leur état le plus récent. Pourquoi donc avoir pris une autre décision concernant l’église de Brou ? interroge Patrice Béghain, directeur régional des Affaires culturelles de Rhône-Alpes. Tout simplement parce que les transformations du XVIIIe siècle ont été dictées par des raisons économiques et non esthétiques."  De fait, l’église de Brou, érigée entre 1506 et 1532 sur les ordres de Marguerite d’Autriche, alors régente des Pays-Bas, a vu sa haute toiture à la française couverte de tuiles vernissées polychromes remplacée en 1759 par une vulgaire toiture mansardée. Aujourd’hui, ce chef-d’œuvre du gothique flamboyant flamand est en passe de renouer avec sa splendeur passée grâce au rétablissement de sa toiture d’origine, comme cela a déjà été réalisé, par exemple, aux Hospices de Beaune, pour la cathédrale de Sens ou sur certains édifices de Dijon.

"Rétablir et non restituer, car nous disposons de toute les archives nécessaires. En outre, la lecture archéologique de l’édifice et les analyses dendrochronologiques permettent le rétablissement de dispositions parfaitement attestées", insiste Éric Pallot, l’architecte en chef des Monuments historiques qui a mené les études sur le bâtiment depuis 1992. Une incertitude subsiste néanmoins quant au dessin exact du motif en losanges qui ornait la couverture, pour laquelle quelque 150 000 tuiles vernissées seront nécessaires !

Ce projet de 21 millions de francs est entièrement financé par l’État (direction du Patrimoine). Après 1999, Éric Pallot envisage de s’attaquer au rétablissement des couvertures des arcs-boutants, pour un coût prévisionnel de 6 millions de francs. Parallèlement, le Musée de Brou, installé dans les anciens bâtiments monastiques, devrait voir sa surface passer de 2 000 à 4 000 m2. Une exposition consacrée à la construction du monastère y est présentée du 6 juin au 10 novembre.

Monastère de Brou, 63, bd de Brou, Bourg-en-Bresse, ouvert tlj, 9h-12h30 et 14h-18h30 (horaires d’été jusqu’au 30 septembre).

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°26 du 1 juin 1996, avec le titre suivant : Brou prend de l’altitude

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque