Dimanche 25 février 2018

Au grand bazar de Peshawar

Le Journal des Arts

Le 11 février 2008

Après son enquête au Pakistan, dans la ville-frontière de Peshawar, Robert Kluyver, membre de la Société pour la sauvegarde du patrimoine culturel d’Afghanistan, s’interroge sur le sort des antiquités afghanes. Malgré les destructions, dont certaines restent à vérifier, les exportations se poursuivent dans la plus grande discrétion.

PESHAWAR - Il est difficile de prendre au sérieux les marchands d’“antiquités” de Peshawar au Pakistan. À première vue, leurs boutiques, groupées par dizaines autour de petites cours dans le bazar labyrinthique de la vieille ville, ne contiennent guère qu’un bric-à-brac sans valeur et des faux grossiers. Il m’a fallu plusieurs jours de palabres et d’innombrables tasses de thé pour gagner la confiance des marchands du bazar, dont la plupart viennent de Ghazni en Afghanistan. Enfin, Hadji Ghani a tiré les rideaux de sa vitrine et ouvert quelques placards cachés. Après avoir sorti le lot habituel de faux – comprenant plusieurs œuvres du Gandhara et une reproduction en bronze de la tour Eiffel – qui permet de tester les connaissances d’un acheteur potentiel, il m’a montré le véritable trésor : des fresques de Bamiyan datant du VIIe siècle, des pièces en verre de l’époque romaine et des têtes de Bouddha en stuc, provenant d’Afghanistan.

Certaines pièces en vente à Peshawar ont été pillées au Musée de Kaboul, tandis que d’autres ont été trouvées récemment dans des fouilles qui ont lieu à travers tout le pays. Longtemps, ces marchands ont été blâmés pour leur complicité dans le sac du patrimoine afghan. Paradoxalement, aujourd’hui que les talibans poursuivent les destructions de toutes les images “idolâtres”, ils sont élevés au rang des sauveurs.

Contre toute attente, les marchands n’ont pas observé de flux d’“antiquités” dans cette ville tentaculaire de la frontière, où vivent environ un million d’Afghans. “Les affaires vont mal, soupire Hadji Ghani. Depuis le coup d’État militaire au Pakistan en octobre 1999, les touristes se font rares. Les collectionneurs sont dissuadés par les contrôles stricts dans les aéroports et par l’intensification des contrôles à la frontière afghane.” “Les talibans essaient de contrôler le marché des antiquités, explique un autre marchand, et ils se font aider par la police pakistanaise.” Dans le bazar, des bruits courent au sujet d’un convoi d’antiquités ayant traversé la frontière peu après le décret contre l’idolâtrie, mais personne ne sait où il est arrivé.

“Nous ne vendrons pas d’images idolâtres. C’est non-islamique. Nous devons les détruire”, affirmait le ministre des Affaires étrangères afghan, rejetant les offres des musées occidentaux et asiatiques d’acheter les reliques bouddhistes menacées. Si les talibans vendent effectivement des œuvres d’art bouddhistes, ils le font dans le plus grand secret. Un spécialiste afghan a suggéré que le régime, en manque d’argent, aurait peut-être offert des antiquités en nantissement à Oussama Ben Laden, ce milliardaire saoudien en exil, qui serait lié aux attentats contre les ambassades américaines du Kenya et de Tanzanie. De l’or de Bactriane que l’on croyait jusqu’à récemment caché dans les coffres-forts de la Banque nationale de Kaboul, lui aurait été proposé. Ce trésor du Ier siècle avait été déterré par des archéologues soviétiques à Tilla Tepe, et il est estimé plusieurs dizaines de millions de dollars.

Des centaines de statues du Musée de Kaboul étaient encore conservées dans divers bâtiments du gouvernement dans la capitale afghane. Ont-elles vraiment toutes été détruites ? “Il est curieux que les talibans n’aient pas détruit ces statues publiquement, dans un stade par exemple. Cela leur ressemblerait plus”, note un observateur étranger. Un habitant de Kaboul m’a raconté comment une de ses connaissances, qui travaille au musée, avait vu, en février, Qudratullah Jamal, ministre de l’Information et de la Culture, détruire la statue du roi Kushan Kanishka avec un marteau. Cependant, quand les talibans ont ouvert les portes du musée aux journalistes étrangers quelques jours plus tard, il n’y avait pas un seul débris, pas une seule trace de la supposée destruction.

Les conservateurs étrangers espèrent secrètement que les talibans sont en effet en train de vendre ces antiquités. Conservateur établi à Peshawar, Nancy Dupree recommande de “donner aux talibans la liberté d’exporter les antiquités encore sous leur garde”. Mademoiselle Tissot, une spécialiste française d’art afghan, acquiesce : “Elles feront surface dans dix ou vingt ans. Nous devons être patients.” Mais où réapparaîtront-elles ? Les principaux acheteurs à Peshawar sont des marchands et collectionneurs pakistanais, et un mystérieux Japonais qui a acquis des antiquités afghanes en gros, suscitant l’étonnement des commerçants.

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°130 du 29 juin 2001, avec le titre suivant : Au grand bazar de Peshawar

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque