Mardi 18 décembre 2018

Au bout de l’Europe

La reconversion réussie du Musée Lénine de Krasnoïarsk

Le Journal des Arts

Le 22 septembre 2000 - 357 mots

Consacré au souvenir de l’exil de Lénine en Sibérie, et promis à un avenir incertain, le Musée de Krasnoïarsk réussit aujourd’hui à attirer un large public en s’ouvrant à de nouveaux domaines.

KRASNOÏARSK - La tâche s’est avérée ardue pour Mikhaïl Shoubsky. Nommé directeur du Musée Lénine au cours du printemps qui a précédé la chute de l’URSS, l’ancien professeur de marxisme-léninisme avait refusé un poste, déjà offert à différents candidats, avant de changer d’avis contre la promesse d’un logement pour lui et sa famille. Mais le vent de changement qui souffle sur l’année 1991 relègue rapidement l’idéologie communiste et ses fétiches à l’arrière-plan. Il est alors question de transformer les 12 000 m2 du musée de Krasnoïarsk en un immense supermarché. Mais Mikhaïl Shoubsky décide de repenser la situation du bâtiment dans un contexte d’économie capitaliste et de l’élargir à d’autres domaines.

Une partie des coûts d’exploitation est désormais couverte par la location de quelques-unes des salles, et le musée accueille aujourd’hui des manifestations d’art contemporain, des expositions sur l’histoire de la Sibérie centrale, et plus surprenant, sur les conflits en Afghanistan, au Tadjikistan et en Tchétchénie. Le centre accueille une biennale internationale, qui compte pour l’instant deux éditions, l’une en 1995 et l’autre en 1997. Il est également à l’origine  de la première association de musées en Russie, unique projet de ce type à avoir été couronné de succès. Pour Mikhaïl Shoubsky, tous ces efforts vont dans le même sens : “attirer des visiteurs issus de cultures différentes ou parallèles, ainsi qu’un public jeune”. Le centre a reçu 500 000 visiteurs l’année dernière, résultat remarquable si l’on considère que la population de Krasnoïarsk ne dépasse pas un million d’habitants. Située sur le territoire asiatique, l’institution n’en a pas moins reçu en 1998 le prix du meilleur musée d’Europe décerné par le Conseil de l’Europe. Quant à Lénine, il est toujours présent, à travers les œuvres de la collection permanente, mais aussi dans la statue monumentale de soixante-cinq tonnes qui trône dans le hall principal. Trop lourde pour être déplacée.

- Krasnoyarsk museum, 1 Mira pl., 660097 Krasnoyarsk, tél. : 7 3912 216486. E-mail : ana@musey.krasnoyarsk.su

Cet article a été publié dans Le Journal des Arts n°111 du 22 septembre 2000, avec le titre suivant : Au bout de l’Europe

Tous les articles dans Patrimoine

Le Journal des Arts.fr

Inscription newsletter

Recevez quotidiennement l'essentiel de l'actualité de l'art et de son marché.

En kiosque